Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 23:42

Bya yege ewondo : nous apprenons l'Ewondo

Ankokon (se prononce ANKOKOAN) : un malade

Ngoge (se prononce AN-GOGUE) : le soir

Minkokon : les malades

Nda : la maison

Benga zu : ils sont venus

Azu (se prononce A-ZOU) : venir

A lede : montrer, présenter

Abwi (se prononce A-BOUI) : un grand nombre, beaucoup

Bod : gens, personnes

Andegele (se prononce ANDEGUELE) : embêter, tourmenter

Ya besatan bendegele : qui sont tourmentés par les démons

A tsidan : chasser, expulser

Anga tsidan : il a chassé

Minsisim (MINSISSIM) : les esprits

Bebè (BEBAI) : les mauvais

Bebè minsisim : les mauvais esprits

Bibug (BIBOUK) : les paroles

Bikwi :sortant, sortaient

Nye : lui

Anyu (AN-NYOU) : la bouche

Bikwi nye ; qui lui sortaient

Bibuk bikwi nye a anyu : les paroles qui lui sortaient de la bouche

Fiba : la fièvre

Aï fiba : avec de la fièvre

A wo : à la main

Anga bi : il lui prit

Wo : main

Aman (A-MANN) :  finir

Fiba aman : la fièvre tomba, le quitta

Nkié (AN-KIE) : la belle-mère

YESU ABO NKIE PETRUS MVOE

Mbol Yesu anga zu a nda Petrus, antala nkié Petrus adzogo aï fiba ? ndo anga bi nye a wo, fiba aman fo ; enye akodo asi nyo, anga belan aï bo.

Ngoge enga yi vin, benga zu nye lede abwi bod ya besatan bendegele, anga tsidan bebe minsisim aï bibug bikwi nye a anyu ; aledege minkokon mise, mbol ye na anyu profet Isayas atoban na : anga non mintye myan, abege akom daan.

Jésus guérit la belle-mère de Pierre

Jésus se rendit à la maison de Pierre. Il y trouva la belle-mère de Pierre au lit : elle avait de la fièvre. Il lui toucha la main et la fièvre la quitta ; elle se leva et se mit à le servir.

Le soir venu, on amena à Jésus un grand nombre de personnes tourmentées par des esprits mauvais. Par sa parole Jésus chassa ces esprits et il guérit aussi tous les malades. Il le fit afin que se réalise cette parole du prophète Ésaïe : « Il a pris nos infirmités et nous a déchargés de nos maladies. »
Repost 0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 23:58

etie etie : immédiatement

Awog : il (elle) entend

Nkobo : dialogue, le bavardage

A-kam : il (elle) admire

Anga kam fo : il fut dans l’admiration

Esamba : en groupe, ensemble

A bebela : en vérité

A bebela, makad mina : je vous le dis en vérité

Menga tobo : je suis resté ( e )

Nyebe : la foi, la croyance

Dibi : la pénombre

Dibi etere : les ténèbres extérieures, prodondeurs ténébreuses

Kele : va

Nyebe woe : ta foi.

Awog Yesu anga wog nkobo hi, anga kam fo, ndo azu dzo aï eba angabe aï bo esamba na: “A bebela, makad mina, ntie ane menga tobo a Israel, ma be ki toban aï mod mbog abele akyaè nyebe di. Ndo hm makad mina na: abwi benga ke tie a mekwi me kidi aï a mesuli me ngoge, beman noan bitoa a dina fufulu aï Abraham, Isaak aï Yakob a ayon ya yob. Eba bene boan be elig, benga kuli bo a nsen, a dibi etere: awe, wayi bo he minyon aï nladan mekek.“

Ndo Yesu azu dzo aï ndzoe ntet bezimbi na: “kele, abo wa ane otam aï nyebe woe.” Ndo fo mon anga bo move etie etie.

Ndzoe (se prononce AN-DZOE) : un chef

abo he mboan : il le fait, il (elle) exécute

Ntet  (se prononce AN-TET) : cent

Okan : Comme

Anyiigi : était entré

Bezimbi : soldats , militaires, centurion

Kafarnaum : Capharnaüm

Ndzoe ntet bezimbi : Un centurion

A bo mvoe (se prononce A-BO MVOUA) : être guéri

Boo na : fais ceci

Akol : le pied

Nge (se prononce NGUE) : si

A-subu (se prononce A-SOUBOU) : s’approcher

Anga subu : s’était approché

A-kogelan : prier, supplier

Nye : lui, elle

Mon : serviteur

Adzogo : est couché, est allongé

A nda : à la maison

Akon minkada : il est paralysé

Mintye : les souffrances

A lod a nkon : dépasse le supportable

Mintye mia lod nye nkon : il (elle) souffre cruellement

Mayi : je vais

Mayi nye so bo mvoe : Je vais venir le guérir, je vais aller le guérir

Mibele : j’ai

Mbil : en courant

Osu (se prononce OSSOU) : devant

betebe-be-osu : des personnes devant moi, des supérieurs

etuga : serviteur

etuga dzam : un de mes serviteurs

aso he mbil : il (elle) vient en courant, il vient immédiatement

mekol : au pied

Mon Ndzoe Bezimbi ya Kafarnaum (efas da)

Okan Yesu anyiigi a Kafarnaum, ndo ndzoe ntet bezimbi anga subu a angabe, anga kogelan aï nye, nye na « A Nti, mon adzogo ma a nda, akon minkada, mintye mia lod nye nkon. »Yesu nye aï nye na : « Mayi nye so bo mvoe. » Ndzoe ntet bezimbi nye aï nye na : “A Nti, layean ki na ozu ma nyian a nda; kobogo he ebug dzia a anyu, moan wom abo move. Amu, eyon wayen ma dzi, mebele betebe-be-osu, da ma mebele te fe bezimbi madzoe; ndo ane na: nge mekad mbog na; keleg, atie he aï dulu! Meke dzo aï enyo mbog na : “zaag”, aso he mbil a mekol; nge makad etuga dzam na: “Boo na, abo he mboan.”

Awog Yesu anga wog nkobo hi, anga kam fo, ndo azu dzo aï eba angabe aï bo esamba na: “A bebela, makad mina, ntie ane menga tobo a Israel, ma be ki toban aï mod mbog abele akyaè nyebe di. Ndo hm makad mina na: abwi benga ke tie a mekwi me kidi aï a mesuli me ngoge, beman noan bitoa a dina fufulu aï Abraham, Isaak aï Yakob a ayon ya yob. Eba bene boan be elig, benga kuli bo a nsen, a dibi etere: awe, wayi bo he minyon aï nladan mekek.“

Ndo Yesu azu dzo aï ndzoe ntet bezimbi na: “kele, abo wa ane otam aï nyebe woe.” Ndo fo mon anga bo move etie etie.

Le serviteur du centurion de Capharnaüm (partie une)

Comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion l'aborda et lui fit  cette prière: " Seigneur, mon serviteur est couché dans ma maison, paralysé, et il souffre cruellement. "  Il lui dit: " Je vais aller le guérir. "

Le centurion reprit: " Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez sous mon toit; mais dites seulement un mot, et mon serviteur sera guéri.

Car moi qui suis sous des chefs, j'ai des soldats sous mes ordres, et je dis à l'un: " Va, " et il va; et à un autre: " Viens, " et il vient; et à mon serviteur: " Fais ceci, " et il le fait. "

Ce qu'entendant, Jésus fut dans l'admiration, et il dit à ceux qui le suivaient: " Je vous le dis en vérité: dans Israël, chez personne je n'ai trouvé une si grande foi. Or je vous le dis: beaucoup viendront de l'Orient et de l'Occident, et prendront place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux, tandis que les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures: là seront les pleurs et le grincement de dents. " Et Jésus dit au centurion: " Va, et qu'il te soit fait selon ta foi! " Et à l'heure même le serviteur se trouva guéri.

Repost 0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 22:43

etie etie : immédiatement

Awog : il (elle) entend

Nkobo : dialogue, le bavardage

A-kam : il (elle) admire

Anga kam fo : il fut dans l’admiration

Esamba : en groupe, ensemble

A bebela : en vérité

A bebela, makad mina : je vous le dis en vérité

Menga tobo : je suis resté ( e )

Nyebe : la foi, la croyance

Dibi : la pénombre

Dibi etere : les ténèbres extérieures, prodondeurs ténébreuses

Kele : va

Nyebe woe : ta foi.

Awog Yesu anga wog nkobo hi, anga kam fo, ndo azu dzo aï eba angabe aï bo esamba na: “A bebela, makad mina, ntie ane menga tobo a Israel, ma be ki toban aï mod mbog abele akyaè nyebe di. Ndo hm makad mina na: abwi benga ke tie a mekwi me kidi aï a mesuli me ngoge, beman noan bitoa a dina fufulu aï Abraham, Isaak aï Yakob a ayon ya yob. Eba bene boan be elig, benga kuli bo a nsen, a dibi etere: awe, wayi bo he minyon aï nladan mekek.“

Ndo Yesu azu dzo aï ndzoe ntet bezimbi na: “kele, abo wa ane otam aï nyebe woe.” Ndo fo mon anga bo move etie etie.

Le serviteur du centurion de Capharnaüm (partie deux)

Ce qu'entendant, Jésus fut dans l'admiration, et il dit à ceux qui le suivaient: " Je vous le dis en vérité: dans Israël, chez personne je n'ai trouvé une si grande foi. Or je vous le dis: beaucoup viendront de l'Orient et de l'Occident, et prendront place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux, tandis que les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures: là seront les pleurs et le grincement de dents. " Et Jésus dit au centurion: " Va, et qu'il te soit fait selon ta foi! " Et à l'heure même le serviteur se trouva guéri.
Repost 0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 17:39

Actuellement les médias se désintéressent de la cause palestinienne. A se demander si la question du peuple palestien peut être à l’ordre du jour à l’ONU. Benyamin Netanyahou le premier ministre de la coalition actuelle est un homme qui adore les situations pourries. Il n’a cure des problèmes de ses voisins. Depuis les dernières élections, il est à la tête d’une coalition qui ne recherche pas la paix avec les palestiniens. Vu les mains liées du prix nobel de la Paix Shimon Perez, ce chef de gouvernement peut faire ce qu’il veut.

 

Benyamin Netanyahou continue son programme de colonisation des petits territoires palestiniens qu’Israël a laissé au cours des années au peuple palestinien. Il est édifiant de voir comment la superficie de La Palestine de 1946 à ce jour s’est transformée en peau de chagrin. La création d’un État palestinien n’est pas à envisagé l’un de ces jours, elle ne fait pas partie des plans du premier ministre actuel. Que c’est triste de penser à l’assassinat du Premier ministre Ytzhak Rabin, perpétré par un lâche militant d’extrême droite, en novembre 1995. Cette personne a gâché tout le travail qui avait été fait par ce grand homme. Rabin voulait la Paix. Il savait ce qu’était la guerre, car il avait déjà eu à mater des personnes hostiles à Israël dans le passé. Il savait où se rendre pour obtenir la quiétude pour ces deux entités qui doivent vivre ensemble.

 

Le premier ministre Yitzhak Rabin et Yasser Arafat, chef de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), signèrent un accord de reconnaissance mutuelle, le 9 septembre 1993 et la Déclaration de principes sur l'autonomie des territoires occupés, le 13 septembre de la même année. Cet accord a abouti en 1993, à la création d’une Autorité nationale palestinienne placée sous la présidence de Yasser Arafat. Qu’a fait Benyamin Netanyahou depuis qu’il occupe ce poste de premier ministre ? Rien. Il en est à son troisième passage à ce poste. Rien de constructif, à part entrer en conflit et envahir le peu de territoires restants, ensuite favoriser la haine que ces derniers ont pour leur voisin. Au lieu de geler l’implantation de nouvelles colonies en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, il multiplie les décisions hostiles aux Palestiniens, il favorise leur construction. Cet homme est dangereux. C’est un pillard. Il n’a rien de constructif dans sa nature. Il semble être heureux de faire souffrir les autres. Il ne donne aucune garantie d’espoir pour une supposée paix future. C’est triste.

 

Un état palestinien, pour quand ? Nos supers journalistes, comiques : mêmes pas, pitoyables : certainement ; ces derniers : Jean-Pierre Elkabbach (qui ne veut pas prendre sa retraite), Franz-Olivier Gisbert, Ruth Elkrief mettent volontiers leurs tribunes au service des causes qui lui leur sont chères, très souvent au détriment de la neutralité journalistique. Aucun de ces derniers n’a à aucun moment défendu la cause des palestiniens.netan

 

Actuellement, il est à se demander s’il n’y a pas une force de personnes qui dirige les médias, et musele tous ceux qui osent critiquer Le gouvernement israélien en France. On ne peut pas se permettre de critiquer Israël. La politique menée par l’Etat d’Israël, en particulier par le gouvernement de Benyamin Netanyahou est mauvaise. Il faut le dire et le clamer haut et fort. C’est également honteux de voir le business éhonté existant autour de la Shoah. Que j’aimerais avoir des millions d’euros ou de dollars et ma propre chaîne de télévisions pour parler de l’esclavage, pour parler de la traite des hommes, pour le pillage des peuples d’Amérique et autres indiens. Le pauvre Nicola Bedos s’est fait virer de la télévision pour avoir oser dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Les dirigeants hypocrites de France 2 ont licencié ce dernier parce qu’il avait osé critiquer un film « Sarah » qui était vraiment très moyen. Oui, ce film était nul.

Benyamin Netanyahou est en effet inquiet sur la création d’un État palestinien et à tout compromis territorial à Gaza, sur le plateau du Golan ou ailleurs. Son obsession et sa volonté sont de renforcer les implantations juives en Cisjordanie et partout en Palestine. Il s’acharne à construire des prisons en plein air, en faisant des zones grillagées pour condamner les palestiniens à circuler comme en taule.PALESTINE ANNEXEE -- ISRAEL

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans Israël & Palestine
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 12:41

Ndzoe (se prononce AN-DZOE) : un chef

abo he mboan : il le fait, il (elle) exécute

Ntet  (se prononce AN-TET) : cent

Okan : Comme

Anyiigi : était entré

Bezimbi : soldats , militaires, centurion

Kafarnaum : Capharnaüm

Ndzoe ntet bezimbi : Un centurion

A bo mvoe (se prononce A-BO MVOUA) : être guéri

Boo na : fais ceci

Akol : le pied

Nge (se prononce NGUE) : si

A-subu (se prononce A-SOUBOU) : s’approcher

Anga subu : s’était approché

A-kogelan : prier, supplier

Nye : lui, elle

Mon : serviteur

Adzogo : est couché, est allongé

A nda : à la maison

Akon minkada : il est paralysé

Mintye : les souffrances

A lod a nkon : dépasse le supportable

Mintye mia lod nye nkon : il (elle) souffre cruellement

Mayi : je vais

Mayi nye so bo mvoe : Je vais venir le guérir, je vais aller le guérir

Mibele : j’ai

Mbil : en courant

Osu (se prononce OSSOU) : devant

betebe-be-osu : des personnes devant moi, des supérieurs

etuga : serviteur

etuga dzam : un de mes serviteurs

aso he mbil : il (elle) vient en courant, il vient immédiatement

mekol : au pied

Mon Ndzoe Bezimbi ya Kafarnaum (efas da)

Okan Yesu anyiigi a Kafarnaum, ndo ndzoe ntet bezimbi anga subu a angabe, anga kogelan aï nye, nye na « A Nti, mon adzogo ma a nda, akon minkada, mintye mia lod nye nkon. » Yesu nye aï nye na : « Mayi nye so bo mvoe. » Ndzoe ntet bezimbi nye aï nye na : “A Nti, layean ki na ozu ma nyian a nda; kobogo he ebug dzia a anyu, moan wom abo move. Amu, eyon wayen ma dzi, mebele betebe-be-osu, da ma mebele te fe bezimbi madzoe; ndo ane na: nge mekad mbog na; keleg, atie he aï dulu! Meke dzo aï enyo mbog na : “zaag”, aso he mbil a mekol; nge makad etuga dzam na: “Boo na, abo he mboan.”

Le serviteur du centurion de Capharnaüm (partie une)

Comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion l'aborda et lui fit  cette prière: " Seigneur, mon serviteur est couché dans ma maison, paralysé, et il souffre cruellement. "  Il lui dit: " Je vais aller le guérir. "

Le centurion reprit: " Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez sous mon toit; mais dites seulement un mot, et mon serviteur sera guéri.

Car moi qui suis sous des chefs, j'ai des soldats sous mes ordres, et je dis à l'un: " Va, " et il va; et à un autre: " Viens, " et il vient; et à mon serviteur: " Fais ceci, " et il le fait. "

Repost 0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 21:39

Minkunda : une foule

Fuuban (se prononce FOU-OUBAN ) : sois pure, sois purifié

Okad : tu dis

Mod : une personne

Nye aï nye na : écoutes-bien, lui recommanda

Minkunda mi bod : une foule de gens

E dzam di : cet événement

Fubugu te ma : purifies moi

Ndo :alors

Kele : va

A-sus (se prononce A-SSOUS) : descendre

Asus : il (elle) descend

Mvoe (se prononce MVOUA ) : guéri, en bonne santé

Fada : le prêtre

Mene Mvoe : je suis en bonne santé

Nye : lui, elle, le

Etere : dedans

Wadin : tu aimes

Nge : que

Oke : tu vas

Subu : avança

Te okad mod : ne dis celà à personne

Minga ke : vous partez

A-ton : suivre

Ndem etere:

Nge wadin : si tu veux, si tu le veux

Anga bende : il (elle) a ordonné

A-bende : ordonner ( donner un ordre)

Minga ke mia ton nye : le suivirent

Nkol : la montagne, la côte (petite, grande)

Moses : Moïse

Lede : montrer

Anamba : le toucher, il (elle) le touche

Asuzu : descendit

Abog : quand, lorsque

Nzezam : un lépreux, une lépreuse

Olaban asi : se mit à genoux

Babi : près

Onga subu : il (elle) s’avança, se rapprocha

A Nti : Maître

Ove : tu donnes

Yesu Abo Nzezam Mvoe

Abog Yesu asuzu nkol, minkunda mi bod minga ke mia ton nye. Ndo nzezam onga subu nye babi, olaban asi, nye na : « A Nti nge wadin, fubugu te ma ! »

Ndo Yesu anga sam wo, anamba nye, nye na : « Mayebe, fuuban ! » Yesu nye aï nye na: “Te a na okad mod e dzam di. Kele, oke lede fada nyol dzoe, ove fe efaè ya Moses anga bende: eye bayi yen ndem etere.”

Jésus guérit un lépreux

Lorsque Jésus descendit de la montagne et une foule de gens le suivirent.  Alors un lépreux s'approcha, se mit à genoux devant lui et dit : « Maître, si tu le veux, purifies moi. »

Jésus étendit la main, le toucha et déclara : « Je le veux, sois pur ! » Aussitôt, l'homme fut purifié de sa lèpre. Puis Jésus lui dit : « Écoute bien : ne parle de cela à personne. Mais va te faire examiner par le prêtre, puis offre le sacrifice que Moïse a ordonné, pour prouver à tous que tu es guéri. »
Repost 0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 23:30

Dzogan kobo eza mam, bo bebo tege kobo emaan ; amu akyaè miakobo eza mam ndo fe bayi kobo emaan. Akyaè esena miayi sen bod ndo fe bayi mina sen.

 

Adze wabebe ekani ene manyon a dis, tege yen ntuan oloo wa a dis ? Eye ki one dzam kad manyon ya na : « Dzoge mevaa wa ekani a dis, ntuan wo oloo a dis doe ? »

 

A mvomvol mod, tarigi vaè ntuan one wa a dis, endegeben ozu hm toan yen mbol ya one dzam vaè ekani a dis manyon.

Te miave mvu e dzom ene mfuban ; te miawoa ngoe minsanga, eza man mia koodo, evenan enga zu mina lob.

Dzaegan, mizu bele, dzenan, mizu yen, kudan mbè, ozu mina yaaban. Amu enyo adzae, akar bi; enyo adzen, akar yen, enyo akud mbè, bakar nye wo yaè. Za y’abe mina angabo ya na moan adzaè nye mbanela, angabe noan ngok, ave nye?

Nge ki na adzaè nye kos, nyol ndzo ake noan ave nye? Ndo hm mina ya miabeb minnem ba, mingaman ve boan ban mimbembe mi byem, ngaman aï Esia wan ya yob, eye ane dzam bo tege ve eba badzaè nye mimbembe mi byem ya ?

Antoa na: e dzom watam na e bod behog bebo wa, endzo fe wa obo bo: mvende nyili! Beprofet a fe bala!

Nyiigan a mbè y’one obebean. Amu, one anen aï ndam, mbè wake aï mod a ndzan, ndo te bene abwi eba bakii etere, da one obebean, mbè wake a enyin, aï ololongo e zen yake a enyin, ndo a bene abod eba bakii etere.

Mikalaga beprofet medugan, bazu mina a nyol, ane boan mintomba, akekwi, nde bibibigan bi ze embia bine a nnem etere. Miayi bo yem a bibuma. Ye benga fad ya bizaneda bi wayn a bongo. Ye sas enga wum ya bibuma bi faige. Asu te hm mbembe ele awum mimbembe bibuma, mbè ele nye awumu bebe bibuma. Mbembe ele awuwum bebe bibuma mbe ele nye awuwum mimbembe bibuma. Ele ese yawum ki mimbembe bibuma yayi kpeban, ewoaban  a ndoan.

Naa, eye hm miayi bo yem a bibuma nala.

Se ki eba balon ma anyu na : embo bayi nyian a ayon ya yob, he eba babo nyian Tara y’ane a yob. Abwi anga dzo aï ma amos te na : se a dzoe doe ngo bikuligi mam a ?Se a dzoe doe ngo bitsidigan besatan a ? Se a dzoe doe ngo bibo abwi mesimba a ? Eyon te mayi bo kad akpaam na : Mayem ki mina : kodan ma a mis, mine bod be mvol.

 

Naa, e mod awog bibug mendem kobo bi adzalaga fe bya, afulan aï mfefeg mod y’onga ke lon nda a nkom ayob. Okan ya mven enga ke so, minsum mendim mikwi, evundu aï nkulu bivunu e nda nyi a yol, da etele  ane ekum, amu enga lonoban a nkom ayob. E mod ose awog bibug mendem man kobo bi, da tege bya dzala, afulan aï akud mod y’anga ke lon nda a nseleg a yob. Okan mven enga ke non, minsum mendim mi kwi, nkulu avunu, asuguzu nda, ndo nda enga ku a si. Dzam amala ben, amala !

 

Bod Bakam

Asuu Yesu anga suu nkobo, bod bengabe he kob tsoè, bekama ayegele die : amu nye ayegele ane mod y’abele fim nkobo, se ki ane besan bekalara baban

 

---------------------------------

Ne jugez point afin de n`être point jugés, car de la façon dont vous jugez, vous serez jugés. Et avec la mesure dont vous mesurez il vous sera mesuré.

 

Pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l`œil de ton frère, et ne remarques-tu la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment (peux-tu) dire à ton frère : " Laisse-moi ôter la paille de ton œil, " lorsqu`il y a une poutre dans ton œil ?

 

Hypocrite, ôte d`abord la poutre de ton œil, et alors tu verras à ôter la paille de l`œil de ton frère

Ne donnez pas les choses saintes aux chiens ; ne jetez pas vos perles aux cochons, pour éviter qu'ils les piétinent puis se retournent pour vous déchirer

Demandez et vous recevrez ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l'on vous ouvrira la porte. Car quiconque demande reçoit, qui cherche trouve et l'on ouvre la porte à qui frappe. Y a-t-il quelqu'un parmi vous qui donne à son fils une pierre si celui-ci demande du pain ?

S'il demande un poisson,  il prend un serpent pour le lui donner ? Tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants. A combien plus forte raison, donc, votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ?

Entrez par la porte étroite ! Car large est la porte et facile le chemin qui mènent à la ruine ; nombreux sont ceux qui passent par là. Mais combien étroite est la porte et difficile le chemin qui mènent à la vie ; peu nombreux sont ceux qui les trouvent.

Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous déguisés en petits de béliers, mais au-dedans ce sont des loups féroces. Vous les reconnaîtrez à leur conduite. On ne cueille pas des raisins sur des buissons d'épines. On ne cueille pas des figues sur des chardons. Un bon arbre produit de bons fruits et un arbre malade de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits ni un arbre malade de bons fruits. Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupé, puis jeté au feu. 

Ainsi donc, vous reconnaîtrez les faux prophètes à leur conduite.

Les vrais enseignements

 

Ce n’est pas ceux qui m’appellent : Seigneur, Seigneur ! qui entreront tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous connais pas, retirez-vous de moi, vous qui avez commis l'iniquité.

 

 C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était construite sur le roc. Quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont abattu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande.

 

Les gens sont émerveillés

Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine ; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes.

--------------------------------------------

Mvomvol : hypocrite

Ekani : la paille

Akyaè : de la façon, et avec

Miakobo : vous parlez, vous jugez, vous discutez

A Kobo : discuter, juger, parler

Eza Man : les affaires, les problèmes des autres

Amu (se prononce A-MOU) : car, parce que

Mvomvol mod : une personne hypocrite, un (une) hypocrite

 

Vaè (se prononce VAA) : Ôte, enlève

Wabebe : tu regardes

Ene : qui

Dis : l'oeil

Esena : la mesure

Sen : mesurer

A-sen : mesure

Bayi mina sen : dont vous serez mesuré

Ntuan (se prononce ANTOUAN) : poutre

Tarigi : commence, débute

 

Mabebe : je regarde

Wabebe : tu regardes

Abebe : il (elle) regarde

Biabebe : nous regardons

Miabebe : vous regardez

Babebe : ils (elles) regardent

Mvu (se prononce MVOU) : les chiens

Mfuban (se prononce MFOUBAN) : propre, sain

Dzom : quelque chose

Miave : vous donnez

Te miave : ne donnez pas

Minsanga : les perles

Miawo (se prononce MIA-WO) : vous jetez

Dzom ene mfuban : une chose sainte

Te miawo : ne jetez pas

Ngoe : les cochons, les pourceaux

 


Babobodi : ils donnent à manger

Koodo : écraser, piétiner

lob : mordre, déchirer

A lob : il (elle) mord

Bene (se prononce BE-NE) : vous êtes

Bene Mvom : ils (elles) sont heureux (ses)

Bebugu : on dira

Medzo mese : toute sorte de mal

Bebugu mina medzo mese menkeleg asu dam : On dira faussement de vous toute sorte de mal

Mfi : utile

Ngogelan : la prière

A-Dzaè : demander,

A dzae : elle (il) demande

Ngogelan : la prière

Mizu bele : vous recevrez

Dzaègan : demandez

A-Dzen : chercher

A dzen : elle (il) cherche

A-Kud : frapper

A-Kud Mbè : frapper à la porte

Mizu yen : venez voir, vous trouverez

Ozu mina yaaban : on vous ouvrira

Kudan mbè : frappez à la porte

Amu (se prononce AMOU) : car, parce que

Enyo : quiconque, celui

Adzae : il demande

Enyo adzae : quiconque demande

Akar bi : il reçoit toujours, elle reçoit

Enyo akar dzen : quiconque cherche

Akar yen : voit toujours, trouve toujours

A-yaè : elle (il) ouvre

Za y’abe : y a-t-il quelqu’un

Za y’abe mina : y a-t-il quelqu’un parmi vous

Nyol : le serpent

Kos : le poisson

Mbanela : le poisson

Boan : les enfants

Byem : les choses

Mimbembe : les bonnes

Melebega : les conseils

Mimbembe Melebega : les bons conseils

Antoa na : il est donc ainsi

Dzom : chose

E Dzom : la chose, cette chose

Mvende : l’enseignement, les enseignements

Bo asu bod bewouak :  Faites pour les autres

Wa : toi, vous

Beprofet : les prophètes

Zen : la route

Mezen : les routes, les voies, les chemins

Mebè : deux

Mezen Mebè ; les deux voies

Obebean : étroit, étroite

Mbè (se prononce EMBAI) : la porte

Y’one : qui est

Nyiigan: entrez

Nyiigan a mbè: entrez par la porte

Anen : large, grosse

Ndzan : la perte, la disparition, la ruine

Abwi : nombreux

Mikalaga : faites attention, gardez-vous

Bazu : ils viennent

Mazu ; je viens

Medugan : les mensonges, les faux

Mina : vous

Nyol : le corps

Ane boan : sont les petits

A-ne : ils (elles) sont

Mintomba : le belier

A-ne boan mintomba – ils sont les petits du bélier

Nnem (se prononce AN-NEM) : le Coeur

Etere : dans, en plein

Miayi :vous

Bo-yem : les reconnaîtrez

Bibuma : les fruits, leur conduite

A nnem etere : au dedans, dans le Coeur

Bibibigan bi ze : les loups féroces

Bongo : buissons d'épines

Wayn : le vin

Bizaneda bi wayn : les raisins

ye : on

ye benga fad : a t'on cueilli

 

Asu te : c’est la raison pour laquelle

wum : pousser, croître

Mbè ele : un mauvais arbre

Awum : produit

Mimbembe bibuma les bons fruits

Mbembe ele : un bon arbre

Bebe (se prononce BE-Bè) : des mauvais, les mauvais

Bebe bibuma : de mauvais fruits

Ewoaban : sont jetés

Ndoan : feu, au feu

Bibuma nala : à leur fruit, à leur conduite

Afulan (se prononce AFOULAN) : sera semblable

Nseleg (se prononce AN-SELEGUE) : le sable

Amala : la maclhance, la ruine, la poisse

Bod Bakam : les gens s’étonnent, sont étonnés

Nyian : (se prononce NI-YAN) : la volonté

Abwi (se prononce ABUI) : plusieurs, beaucoup

Amos te na : ce jour là

 

Balon (se prononce BA-LONG) : (ils / elles) appellent, disent

Eba : ceux, celles

Anyu : la bouche

A Nti : Seigneur, Mon Dieu

A Nyian : entrer

Se a dzo doe : N’est ce pas à ton nom

Bitsidigan : chasser, expulser

Besatan : les démons

Abo (se prononce A-BO) : faire, accomplir

Mesimba (se prononce MESSIMBA) : les miracles

Asimba : le miracle

 

Dzo doe : ton nom, votre nom

Dzo : nom

A dzo doe : à votre nom, à ton nom

Lonoba (se prononce LONG-BEN) :construit

Mifan : les vraies

Beyege : enseignements

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 21:28

Afulan (se prononce AFOULAN) : sera semblable

Nseleg (se prononce AN-SELEGUE) : le sable

Amala : la maclhance, la ruine, la poisse

Bod Bakam : les gens s’étonnent, sont étonnés

Nyian : (se prononce NI-YAN) : la volonté

Abwi (se prononce ABUI) : plusieurs, beaucoup

Amos te na : ce jour là

 

Balon (se prononce BA-LONG) : (ils / elles) appellent, disent

Eba : ceux, celles

Anyu : la bouche

A Nti : Seigneur, Mon Dieu

A Nyian : entrer

Se a dzo doe : N’est ce pas à ton nom

Bitsidigan : chasser, expulser

Besatan : les démons

Abo (se prononce A-BO) : faire, accomplir

Mesimba (se prononce MESSIMBA) : les miracles

Asimba : le miracle

 

Dzo doe : ton nom, votre nom

Dzo : nom

A dzo doe : à votre nom, à ton nom

Lonoba (se prononce LONG-BEN) :construit

Mifan : les vraies

Beyege : enseignements

 

MIFAN BEYEGE

Se ki eba balon ma anyu na : embo bayi nyian a ayon ya yob, he eba babo nyian Tara y’ane a yob. Abwi anga dzo aï ma amos te na : se a dzoe doe ngo bikuligi mam a ? Se a dzoe doe ngo bitsidigan besatan a ? Se a dzoe doe ngo bibo abwi mesimba a ? Eyon te mayi bo kad akpaam na : Mayem ki mina : kodan ma a mis, mine bod be mvol.

 

Naa, e mod awog bibug mendem kobo bi adzalaga fe bya, afulan aï mfefeg mod y’onga ke lon nda a nkom ayob. Okan ya mven enga ke so, minsum mendim mikwi, evundu aï nkulu bivunu e nda nyi a yol, da etele  ane ekum, amu enga lonoban a nkom ayob. E mod ose awog bibug mendem man kobo bi, da tege bya dzala, afulan aï akud mod y’anga ke lon nda a nseleg a yob. Okan mven enga ke non, minsum mendim mi kwi, nkulu avunu, asuguzu nda, ndo nda enga ku a si. Dzam amala ben, amala !

 

Bod Bakam

Asuu Yesu anga suu nkobo, bod bengabe he kob tsoè, bekama ayegele die : amu nye ayegele ane mod y’abele fim nkobo, se ki ane besan bekalara baban

 

******************************************************

Les vrais enseignements

 

Ce n’est pas ceux qui m’appellent : Seigneur, Seigneur ! qui entreront tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous connais pas, retirez-vous de moi, vous qui avez commis l'iniquité.

 

 C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était construite sur le roc. Quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont abattu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande.

 

Les gens sont émerveillés

Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine ; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes.


Repost 0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 23:52

Mikalaga : faites attention, gardez-vous

Bazu : ils viennent

Mazu ; je viens

Medugan : les mensonges, les faux

Mina : vous

Nyol : le corps

Ane boan : sont les petits

A-ne : ils (elles) sont

Mintomba : le belier

A-ne boan mintomba – ils sont les petits du bélier

Nnem (se prononce AN-NEM) : le Coeur

Etere : dans, en plein

Miayi :vous

Bo-yem : les reconnaîtrez

Bibuma : les fruits, leur conduite

A nnem etere : au dedans, dans le Coeur

Bibibigan bi ze : les loups féroces

Bongo : buissons d'épines

Wayn : le vin

Bizaneda bi wayn : les raisins

ye : on

ye benga fad : a t'on cueilli

 

Asu te : c’est la raison pour laquelle

wum : pousser, croître

Mbè ele : un mauvais arbre

Awum : produit

Mimbembe bibuma les bons fruits

Mbembe ele : un bon arbre

Bebe (se prononce BE-Bè) : des mauvais, les mauvais

Bebe bibuma : de mauvais fruits

Ewoaban : sont jetés

Ndoan : feu, au feu

Bibuma nala : à leur fruit, à leur conduite

Beprofet Medugan

Mikalaga beprofet medugan, bazu mina a nyol, ane boan mintomba, akekwi, nde bibibigan bi ze embia bine a nnem etere. Miayi bo yem a bibuma. Ye benga fad ya bizaneda bi wayn a bongo. Ye sas enga wum ya bibuma bi faige. Asu te hm mbembe ele awum mimbembe bibuma, mbè ele nye awumu bebe bibuma. Mbembe ele awuwum bebe bibuma mbe ele nye awuwum mimbembe bibuma. Ele ese yawum ki mimbembe bibuma yayi kpeban, ewoaban  a ndoan.

Naa, eye hm miayi bo yem a bibuma nala.

Les faux prophètes

Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous déguisés en petits de béliers, mais au-dedans ce sont des loups féroces. Vous les reconnaîtrez à leur conduite. On ne cueille pas des raisins sur des buissons d'épines. On ne cueille pas des figues sur des chardons. Un bon arbre produit de bons fruits et un arbre malade de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits ni un arbre malade de bons fruits. Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupé, puis jeté au feu. 

Ainsi donc, vous reconnaîtrez les faux prophètes à leur conduite.

Repost 0
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 15:33

Mimbembe : les bonnes

Melebega : les conseils

Mimbembe Melebega : les bons conseils

Antoa na : il est donc ainsi

Dzom : chose

E Dzom : la chose, cette chose

Mvende : l’enseignement, les enseignements

Bo asu bod bewouak :  Faites pour les autres

Wa : toi, vous

Beprofet : les prophètes

Zen : la route

Mezen : les routes, les voies, les chemins

Mebè : deux

Mezen Mebè ; les deux voies

Obebean : étroit, étroite

Mbè (se prononce EMBAI) : la porte

Y’one : qui est

Nyiigan: entrez

Nyiigan a mbè: entrez par la porte

Anen : large, grosse

Ndzan : la perte, la disparition, la ruine

Abwi : nombreux

Mimbembe Melebega

Antoa na: e dzom watam na e bod behog bebo wa, endzo fe wa obo bo: mvende nyili! Beprofet a fe bala!

Mezen Mebe

Nyiigan a mbè y’one obebean. Amu, one anen aï ndam, mbè wake aï mod a ndzan, ndo te bene abwi eba bakii etere, da one obebean, mbè wake a enyin, aï ololongo e zen yake a enyin, ndo a bene abod eba bakii etere.

 

Les deux voies

Entrez par la porte étroite ! Car large est la porte et facile le chemin qui mènent à la ruine ; nombreux sont ceux qui passent par là. Mais combien étroite est la porte et difficile le chemin qui mènent à la vie ; peu nombreux sont ceux qui les trouvent.
Repost 0

Articles Récents

Liens