Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 23:15

Camer260112 

Efas : la première fois

Mewomtan : Cinquante

Bai : Deux

Mewontana aï Da : Cinquante-un

Mewomtana aï Bai : Cinquante-deux

Mewomtana aï Lala : Cinquante-trois

Mewomni : Quarante

Mewomlai : Trente

Mewombai:Vingt

Ay Wo tié Foua Ewondo Nua : As-tu arraché ces arachides (du sol « naturellement où cela poussent»)

A Christian Ngongo Ottou Label, Ay Wo tié Foua Ewondo Nua : Eh Christian Ngongo Ottou Label, as-tu arraché ces arachides ?

 

OWAY : Oui

A Anton, Ay Wo tié Foua Ewondo Nua : Eh Antoine, as-tu arraché ces arachides ?

TEGE : Non

Oway, Ane Ntiene : Oui, c'est arraché

Elai (se prononce AILAI) : Le verre, le gobelet

A Souogay : Verser, Renverser

Mu (se prononce MOU dans la phrase) : Ici, là

Meniai : m'en

Souogey Meniai a Elai Mu : Verses m'en dans ce verre ici (ou Là)

Metala : Moi vivant

Mina : Vous

A Bebey : Regarder, voir

Mis (se prononce MISS) : les yeux

Metala, Mina Bebey Niai Aï Mis : Moi, vivant, vous regardez cela qu'avec les yeux (il s'agit d'une façon d'interdire aux enfants d'en consommer à un moment T)

Metala, Mina Bebey Niai Aï Mis : Moi, vivant, vous regardez les arachides avec les yeux

 

Wa (se prononce WAA) : Toi

Souoge (se prononce SOUOGUE)

Wa, Souoge Meniai Elai Mu : Toi, verses m'en dans ce verre (le verre peut être désigné du doigt ou des yeux)

Wa, Souoge Meniai Mu : Verses m'en ici

Vaag : Donne

Bouanga : Les enfants

Bisizeg : Les sucreries (boissons sucrées ou bonbons)

Vaag Bouanga Bisizeg : Donnes aux enfants des sucreries

A Vouabi : Être frais, Glacer

Ay Beya Vouabi : Est-ce glacé ? Sont-elles fraîches ? Sont-elles glacées ? (On parle de boissons)

Ofumbi (se prononce OFOUMBI) : Une orange

Ofumbi Beti : Un citron

Nge : Il n'y a que

Nge Ofumbi Y'aVouabi : Il n'y a que le jus d'orange de frais

Nuo : ta mère, ta maman

Souoge ve Nuo a Elai : Verses également à ta mère dans un verre

Olomo : Envoie

Olomo ma : Envoies moi

Esoua (se prononce AISSOUA) : Une assiette

Olomo ma Esoua Saa Dili : Donnes moi l'assiette de prunes là

Kalenne Ma : Donnes m'en

Wa Kalenne Ma Dzia A Eté : Donnes m'en une dans le lot

 

A dzi : Manger

Mayi : Je vais

Wayi : Tu vas

Ayi : Il (elle) va [ou alors]

Mayi dzi Zezeg : Je vais manger de l'ananas

Zeg : l'ananas

Zeg, Ane asu bouanga : L'ananas est pour les enfants

Tege (se prononce TEGGAI) : Non

 

Mayi dzi Zeg : Je veux manger de l'ananas

Foufo : La papaye

Asu (se prononce ASSOU) : pour

Tege, dza Foufo, Zeg Ane Asu Bouanga : Non, manges la papaye, l'ananas est pour les enfants

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 22:09

Abog : la fête

Adzem : elle danse

Mina Yege Ewondo -

Nda Bissié : le lieu de travail, le travail, la maison du travail
Issié : le travail
Nda : la maison, le lieu
Tsoué (se prononce TSOUAI) : Messe
Nda Tsoué : la maison de messe, l'Eglise, le temple
Make (se prononce MAAQUE) : je vais
Make a Nda Tsoué : Je vais à l'église
Make a Nda Bissié : Je vais au travail, je vais au boulot
Wake a Nda Bissié : tu vas au travail
Ake a Nda Bissié : elle (il) va au travail
Miake a Nda Bissié : vous allez au travail
Minake a  Nda Bissié : vous vous rendez au travail
Biake a Nda Bissié : nous allons au travail, nous nous rendons au travail

Metoa : la voiture, l'auto, l'automobile
Madourou : je conduis
Wadourou : tu conduis
Adourou :Elle conduit
repas camerounais
Mawoulou : je marche
Wawoulou: tu marches
Awoulou : il marche
Asi : la terre, par terre, parterre
Mawoulou Asi : je marche à pieds, je me rends à pieds

Madourou Metoa : je conduis l'automobile (la voiture)
Wadourou Metoa : tu conduis la voiture
Adourou Metoa : elle conduit l'auto
Ansina (se prononce ENSSINA) : le train, la machine
Adourou Ansina : Elle conduit le train

Mawoué (se prononce MAWOUEE) : Je ris, je rigole, je me marre
Wawoué : tu ris
Awoué : il rit
Biawoué : nous rions
Miawoué : vous riez
Bawoué : elles rient
Abwi (se prononce ABOUI) : beaucoup
Awoué abwi : elle rit beaucoup

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 23:03

 

Tara : Père

Dzoe : Le nom

Bikola : les offenses

Dzoe dama : Mon nom

Tara wan : notre père

Yob : le ciel

Bikola bian : Nos offenses

A koan : Être malade

Mene : Je suis

Wone : Tu es

Y'one : Tu es

Ane (se prononce AANE) : Elle (il) est

Bine : Nous sommes

Mine (se prononce MII NE) : Vous êtes

Bene (se prononce BE NE) : Elles (ils) sont

Odzu bia : Pardonne-nous

Beben : Eux-mêmes

Ane : comme

Ane bia beben : Comme nous-mêmes, comme nous

Ane bia beben bia biadzu : comme nous-mêmes nous pardonnons

 

Aluguban : soit sanctifié

Mfan (se prononce AMFAN) : une vrai(e)

Ngogelan : Une prière

Mfan Ngogelan : Une vraie prière

Ayon : le règne

Ayon doe : ton règne

Azaag : Qu'il (elle) vienne

Nyian : la volonté

Nyian woe : Que ta volonté

Oyenan : soit faite

Mbol fe : Ainsi que, comme

Ane mbol fe : Ressemblant aussi

Asi (se prononce ASSI) : la terre, sur la terre

Vaa : Donne

Vaa via : Donne-nous

Bidi : la nourriture, le pain

Bidi bian : Notre nourriture, Notre pain

Amos (se prononce AMOSS) : le jour, la journée

Y'amos : Ce jour

Ose (se prononce OSSE) : chaque

Y'amos ose : chaque jour

Adzu : pardonner

 

Eba : Ceux, celles

Eba bebele bia : Ceux qui nous ont, ceux (celles) qui ont

Eba bebele bia bikola : Ceux qui nous ont offensé

Wadzoge : Tu laisses, tu abandonnes

Te wadzoge : Ne nous abandonnes pas

 

--------------------------

A Tara wan y'one a yob,

Dzoe doe aluguban,

Ayon doe azaag,

Nyian woe oyenan

asi ane mbol fe ya yob.

 

Vaa bia bidi bian y'amos ose.

Odzu bia bikola bian

ane bia beben bia biadzu eba bebele bia bikola.

Te wadzoge bia a mebobela,

Okodege bia a mo me Mbè.

-------------------

Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne
que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous soumets pas à la tentation,
mais délivre-nous du mal.
----------------------------

Amu : parce que

Nge : Si

Miadzu : Vous pardonnez

Bod : les gens, les personnes

Bivus : les erreurs, les fautes, les offenses

Bivus biaban : leurs offenses

Esia : Le Père

Esia wan : Notre Père, Notre Dieu

Nye : Lui

Ayi fe : fera également

Mina : Vous

Dzam deda : Egalement, exactement de la même façon

Miadzu ki : Vous ne pardonnez pas

Nye ayi ki mina dzu : Lui aussi ne vous pardonnera pas

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 19:45

Bikokoma : Les créatures

Mbol : Comme

Minganying : Vous avez vécu

Aï : avec

Ma : Moi

Abog : à l'époque

Mindzug : Les problèmes, les ennuisCamer260112

Bevevee : Les êtres vivants

Bevevee benyi : Les quatre êtres vivants

A yob etere : D'une voix forte

Menga bebe : Je regardai

Menga Wog : J'entendis

Anganon (se prononce ANGA NOAN) : Il prit

Ntomba : Un agneau

Anon : Quand, puis, alors

 

Ndo : Puis

A Mbo-Nnom : Dans (Près) la main droite

Menga yen : Je vis, J'ai vu

Wonga yen : Tu vis, Tu as vu

Anga yen : Il vit

 

Ndo Menga yen a mbo-nnom e mod angabe toa a etoa-kum, mbom kalara otoa mvulan mvulan, otoa fe ntilan a abum aï a mvus, mfedan aï bifedega zamgba.

 

Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux.

 

Ndo Menga yen ngungul engles, oyedegan a yob ete na : Za ayean yaè kalara, afami fe bifedega y'ete ?

 

Et je vis un ange puissant, qui criait d'une voix forte : Qui est digne d'ouvrir le livre, et d'en rompre les sceaux ?

 

Akekwi, to a yob, to asi, to asi etere, tege aï e mod, angabe dzam yaè kalara to ki alan nye.

 

Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder.

 

Meboe fo nyon a anyu menga yon na tege aï nguma mod y'ongabe dzam yaè kalara to ki alan nye.

 

Et je pleurai beaucoup de ce que personne ne fut trouvé digne d'ouvrir le livre ni de le regarder.

 

Ndo nnom mod mbog onga bodo nkobo, nye aï ma na : Te wayon ! Tam sik yen : ado ya a bita, enyo y'ane Emgbem ya nda Yuda, efaala ya nda-bod David, enye ayi yaè e kalara abele bifedega zamgba.

 

Et l'un des vieillards me dit : Ne pleure point ; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.

 

Ndo a mazu yen azan etoa-kum Bevevee benyi aï minnom mi bod, man Ntomba y'anga be h'ane ane ntsignan, abege ton zamgbal aï mis fe zamgba ; biem bite embia bine Minsisim mi Zamba zamgba ya mine a nloman Zamba aï si ndon ese.

 

Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre.

 

Ndo anga tie, aso noan kalara a mo me Enyo y'atoa a etoa-kum. Anon anganon kalara, ndo Bevevee benyi aï minnom mi bod mewom mebè aï benyi benga luu minlo asi a osu Man Ntomba, ane enyolo abege mvet aï kob mvôt, ndziean aï balobinda aï ngogelan mimfufub ; beyiaga mkpaman dzia, na :

 

Il vint, et il prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône.

Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l'agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or remplies de parfums, qui sont les prières des saints.

 

« Wa wayean noan kalara ofami fe bifedega y'ete amu onga tsigiban, okode fe asu Zamba aï meki moe bod ya bikob bise, minkobo mise, meyon mese, aï minnam mese ;

 

Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ;

 

Ndo onga venan bo, bentoa asu Zamba wan, ntomba ayon befada ya badzoe si ».

 

tu as fait d'eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre.

 

Ndo menga bebe ; menga wog kin nkunda bengles ya bengabe boman etoa-kum a nyol, aï Bevevee aï minnom mi bod bengabe bakuda bakuda, ezob ezob, etitib etitib.

 

Je regardai, et j'entendis la voix de beaucoup d'anges autour du trône et des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers.

 

Beyedegan a yob etere na :

« E man ntomba y'anga tsigiban akyebe aï edzoe, akuma, feg, ngul, ongeme, olugu aï duma »

 

Ils disaient d'une voix forte : «  L'agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire, et la louange ».

 

Ndo menga wog ane bikokoma bise, to a yob, to a si etere, yob aï si bise, biayedan na : « Enyo y'atoa a etoa-kum, aï Man Ntomba, bakyebe aïongeme, duma olugu aï edzoe a biseb biseb ! »

 

Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s'y trouve, je les entendis qui disaient : «  A celui qui est assis sur le trône, et à l'agneau, soient la louange, l'honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles ! »

 

Bevevee benyi bo beyebe na : ''Amen''. Minnom mi bod minga lugu minlo minlo asi.

 

Et les quatre êtres vivants disaient : Amen ! Et les vieillards se prosternèrent et adorèrent.

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 22:23

Mbol : Comme

Abaala : Garder, Entretenir, Préserver

Ma baala : Je garde

Wa baala : Tu gardes

A baala : Elle (il) garde

Ebug (se prononce EBOUG) : la parole, la phrase

Mbol onga baala Ebug dzam aï Fin : Comme tu as gardé mes paroles avec finesse

 

Kalara : un livre

Ndo : Puis

A Mbo-Nnom : Dans (Près) la main droite

Menga yen : Je vis, Je regardai

Wonga yen : Tu vis, Tu regardas

Anga yen : Il vit, Il regarda

Binga yen : Nous vîmes, Nous regardâmes

Minga yen : Vous vîtes, Vous regardâtes

Benga yen : Ils virent, Ils regardèrent

 

Nnom (se prononce ENNOM) : Un vieux

Nnom mod : un vieillard

Mayon : Je pleure

Wayon : Tu pleures

Ayon : Il (elle) pleure

Biayon : Nous pleurons

Miayon : Vous pleurez

Bayon : Ils (elles) pleurent

 

Abum (se prononce ABOUM) : dedans, le ventre

A mvus : en dehors

Bidibiga : les clés

Bifedega : les sceaux

Zamgba : Sept

Ntilan : écrit

Menga yon : Je pleurai

Wonga yon : Tu pleuras

Anga yon : Il (elle) pleura

Binga yon : Nous pleurâmes

Minga yon : Vous pleurâtes

Benga yon : Ils (elles) pleurèrent

 

Mbog (se prononce AIMBOG) : L'un, l'une

Nnom mod mbog : L'un des vieillards

Ngul : Fort

Ngungul : Puissant

Mfedan : Fermé, scellé

Za ? : Qui ?

Zaa : Viens

Afami fe : d'en rompre

Asi : la terre

To asi : ni sur la terre

To asi etere : Ni sous la terre

A lan (se prononce AALAN) : Lire

 

Ma lan : Je lis

Wa lan : Tu lis

A lan : Il (elle) lit

Bia lan : Nous lisons

Mia lan : Vous lisez

Ba lan : Ils (elles) lisent

 

Tege aï e mod : Et personne

y'ongabe dzam yaè kalara : Ne pouvait ouvrir le livre

Yaè (se prononce YAA) : Ouvrir

Ma yaè : J'ouvre

Wa yaè : Tu ouvres

A yaè : Il (elle) ouvre

Te wayon : Ne pleure point, ne pleure pas

 

Ndo Menga yen a mbo-nnom e mod angabe toa a etoa-kum, mbom kalara otoa mvulan mvulan, otoa fe ntilan a abum aï a mvus, mfedan aï bifedega zamgba.

 

Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux.

 

Ndo Menga yen ngungul engles, oyedegan a yob ete na : Za ayean yaè kalara, afami fe bifedega y'ete ?

 

Et je vis un ange puissant, qui criait d'une voix forte : Qui est digne d'ouvrir le livre, et d'en rompre les sceaux ?

 

Akekwi, to a yob, to asi, to asi etere, tege aï e mod, angabe dzam yaè kalara to ki alan nye.

 

Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder.

 

Meboe fo nyon a anyu menga yon na tege aï nguma mod y'ongabe dzam yaè kalara to ki alan nye.

 

Et je pleurai beaucoup de ce que personne ne fut trouvé digne d'ouvrir le livre ni de le regarder.

 

Ndo nnom mod mbog onga bodo nkobo, nye aï ma na : Te wayon ! Tam sik yen : ado ya a bita, enyo y'ane Emgbem ya nda Yuda, efaala ya nda-bod David, enye ayi yaè e kalara abele bifedega zamgba.

 

Et l'un des vieillards me dit : Ne pleure point ; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 23:57

Amvus (se prononce Amvouss) : Après

Amvus hala : Après cela

Menga yen : Je regardai, je vis

Wonga yen : Tu regardas, tu vis

Anga yen : Il regarda, il vit

Binga yen : Nous regardâmes, nous vîmes

Minga yen : Vous regardâtes, vous vîtes

Benga yen : Ils regardèrent, ils virent

 

Ota : Tu vois

Mbè (se prononce EMBAI) : Une porte, la porte

Oyoo : Etait ouverte

Kin : La voix

Menga wog : J'avais entendu

Wonga wog : Tu avais entendu

Anga wog : Il avait entendu

Binga wog : Nous avions entendu

Minga wog : Vous aviez entendu

Wonga wog : Ils avaient entendu

 

Amvus hala, ndo menga yen eyen dzam . Ota ! Mbè ongabe oyoo a yob, e kin menga wog ekobogo aï ma na : Bede a yob mu, melede wa e mam mayi boban amvus.

 

 

Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j'avais entendue, comme le son d'une trompette, et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite.

 

 

 

Etietie, ndo fo nsisim Zamba onga yali ma. Mentala etoa_kum etele a yob, mod zin atoa a etoa-kum te...

 

 

 

Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu'un était assis.

 

 

 

E mod angabe toa ete afulan aï ngok Yaspa aï kornalina ; ndutum onga be kodegan etoa dzie a nyol, oyenene he ane ngok smaragda.

 

 

 

Celui qui était assis avait l'aspect d'une pierre de jaspe et de sardoine ; et le trône était environné d'un arc-en-ciel semblable à de l'émeraude.

 

 

 

Bitoa bife mewom mebè aï binyi bingabe tele etoa-kum nkodena a nyol. Minnom mi bod mewom mebè aï minyi mitoa etere, mibege mim fum biwoman, aï bikat bi mvot a nlo.

 

 

 

Autour du trône je vis vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs, et sur leurs têtes des couronnes d'or.

 

 

 

Felfes zeyan aï kin bisoog a etoa-kum, melamba zamgba meyono osu aï amvus, emo mene minsisim mi Zamba zamgba.

 

 

 

Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres. Devant le trône brûlent sept lampes ardentes, qui sont les sept esprits de Dieu.

 

 

 

A osu etoa-kum, dzom eyenene he ane man, efiege a ngen ngen ngen ane akok kristal. Azan etoa-kum aï nkodena, bevevee benyi betele, befiege aï mis a osu aï amvus.

 

 

 

Il y a encore devant le trône comme une mer de verre, semblable à du cristal. Au milieu du trône et autour du trône, il y a quatre êtres vivants remplis d'yeux devant et derrière.

 

 

 

Evevee osu afulan aï eton nyak ; enyo béé afulan aï eton nyak ; enyo lala afulan aï asu mod ; enyo nyina afulan aï ndoe ya yayele.

 

 

 

Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un veau, le troisième être vivant a la face d'un homme, et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole.

 

 

 

Bevevee benyi ya bebege ane mod mefab mesaman, bafiè a mis nkodena aï a nnem ete. To aï alu to aï amos bene tege vod yedan na : Mfufub, mfufub, mfufub Nti Zamba, ndzoe biem bise Ambe, Ane, Azu.

 

 

 

Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d'yeux tout autour et au dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout Puisant, qui était, qui est, et qui vient !

 

 

 

Ndo a angabe ha na, enyo y'atoa etoa-kum, a avee a biseb biseb, nyieane Bevevee bave nye olugu, duma aï ngan, minnom mi bod mewom mebè aï minyi miluu Enyo y'atoa a etoa-kum minlo asi, benga lugu Enyo y'avee a biseb biseb ; besodi bikat biaban a nlo, benga woa bia a etoa-kum osu, bekobogo na :

 

 

 

Quand les êtres vivants rendent gloire et honneur et actions de grâces à celui qui est assis sur le trône, à celui qui vit aux siècles des siècles, les vingt-quatre vieillards se prosternent devant celui qui est assis sur le trône et ils adorent celui qui vit aux siècles des siècles, et ils jettent leurs couronnes devant le trône, en disant :

 

 

 

« A Nti wan aï Zamba wan wakyebe aï olugu, duma aï ngul amu wa onga kom yob aï si. Bingabe ki, ndo binga komban aï nyian woe ».

 

 

 

Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l'honneur et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c'est par ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées

 

 

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 23:54

Mod : Une personne

Minnom : Les vieux, les vieillards

Etietie : Aussitôt

Nsisim(se prononce ANSSISSIM) : L'esprit

Zamba : Dieu

E mod : Celui, celle

Onga yali ma : Il (elle) me ravit

Etoa : Le fauteuil, le siège, la chaise

Etoa-kum : Le trône

Mod zin : Quelqu'un, quelqu'une

Atoa : Etait assis

Angabe toa : était assis

A nlo : La tête, sur la tête

 

Oyenene :semblable

Afulan : Avait l'aspect, ressemblait

Ngok : La pierre, une pierre

Yaspa : Jaspe

Kornalina : Sardoine

Smaragda : Emeraude

Ndutum : l'arc-en-ciel

Bitoa : les fauteuils

Mewom mebè : Vingt

Mewom mebè aï binyi : Vingt-quatre

Minnom mi bod : les vieux, les vieillards

Mitoa etere : Assis sur les trônes

Mibege : Revêtus, portant

Mimfum : Blancs,blanches

Mimfum biwoman : Vêtements blancs

Bikat bi mvot : Des couronnes d'or

 

------------------------------------------------------------

 

Kin : La voix

Benyin : Quatre

A nlo : Sur la tête

Nlo : La tête

Zeyan : des éclairs

Bife : D'autres

Bitoa bife : D'autres sièges, fauteuils

Tele etoa-kum : Autour du trône

Mewom mebè : Vingt

Mewom mebè aï binyi : Vingt-quatre

Bod : Des personnes

Mewom mebè aï minyi : Vingt-quatre

Mitoa : Etaient assis

Mitoa etere : Etaient assis dedans, (simplement)Etaient assis

Bikat bi mvot : des couronnes d'or

 

Azan : Au milieu

Mis (se prononce MISSE) : les yeux

Aï mis a osu : des yeux devant

Aï mis aï amvus : des yeux derrière

Befiege : Remplis

Bevevee : Les êtres vivants

Dzom : Quelque chose

Dzom eyenene : Quelque chose de semblable

Minsisim : Les esprits

A etoa-kum : Du trône

Felfes : Des tonnerres

A osu : Devant, Il y a devant

Bisoog : Sortent, Sortaient

Melamba : Les lampes

Meyono : Brûlent

Zamgba : Sept

Efiege : Brillent

Minsisim mi Zamba : Les esprits de Dieu

Minsisim mi Zamba zamgba : les sept esprits de Dieu

 

Afulan : Ressemble, est semblable

Evevee : être vivant

Yayele : Qui vole

Ndoe : L'aigle

Mesaman : Six

Evevee osu : Le premier être vivant

Mefab mesaman : Six ailes

Nyak : La vache, le taureau

Etoan nyak : Un veau

Afulan aï emgbem : est semblable à un lion

Enyo bèè : Le second

Enyo lala : Le troisième

Mfufub : Saint

Enyo nyina : Le Quatrième

Ambe : Qui était

Ane : Qui est

Azu : Qui vient

 

----------------------------------------

 

Mbembe : Bon

Kidi : Jour, Matin

Mbembe Kidi : Bonjour

Amos : La journée, l'après-midi

Mbembe Amos : Bonjour, Bonne journée

Ngoge : Le soir

Mbembe Ngoge (se prononce Mbembe Ngogue) : Bonsoir

Ndo : Quand

Evevee : Un Etre vivant, l'Être vivant

Bevevee : Les Êtres vivants, des Êtres vivants

Bave : Rendent

Bave nye : Lui rendent

 

Enyo : Celui, Celle

Y'atoa : Qui est assis(e)

Enyo y'atoa etoa-kum : Celui (celle) qui est assis(e) sur le trône

Mave(se prononce Maave) : Je donne, je rends

Wave(se prononce Waave) : Tu donnes, tu rends

Ave(se prononce Aave) : Il (elle) donne, il (elle) rend

Byave : Nous donnons, nous rendons

Myave : Vous donnez, vous rendez

Bave : Ils (elles) donnent, ils (elles) rendent

Biseb : Des siècles

Biseb biseb : Aux siècles des siècles

 

Bave nye olugu : Ils (elles) lui rendent gloire

Bave nye duma : lui rendent honneur

Asi(se prononce ASSI)

Metoa asi : Je suis assis

Wetoa asi : Tu es assis

Atoa asi : Elle (il) est assis(e)

Bitoa asi : Nous sommes assis

Mitoa asi : Vous êtes assis

Betoa asi : Ils (elles) sont assis (es)

 

Bave nye ngan : lui rendent des actions de grâces, (le remercient), donner des mercis, remercier dans la prière

Duma aï ngan : Honneur et actions de grâces

A Nti : Seigneur

A Nti wan : Notre Seigneur

Wakyebe : Tu es digne

Nnom(se prononce EN NOM) : Une vieille personne, un vieillard

Minnom : Les vieillards, les vieilles

Mod : Une personne

Bod : Les personnes, des personnes

Minnom mi bod : Les vieilles personnes

Miluu : Se prosternent

Maluu(se prononce MAALOU) : Je me prosterne

Waluu : Tu te prosternes

Aluu : Elle (il) se prosterne

Malugu (se prononce MALOUGOU): J'adore

Walugu : Tu adores

Alugu : Il (elle) adore

Awoa : Il (elle) jette

Menga lugu : J'adore, J'adorais

Wonga lugu : Tu adores, Tu adorais

Anga lugu : Il (elle) adorait

Benga lugu : Ils (elles) adorent

Biabanwa a nlo : Les couronnes sur la tête

Bekobogo na : En disant

 

Makyebe : Je suis digne, J'ai raison

Wakyebe : Tu es digne

Aï ngul : Avec la puissance, avec la force

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 14:36

Bese (se prononce BE SSE) : Tous, toutes

Ebug (se prononce EBOUG) : Une phrase, la phrase

Bebug : les phrases

Me Zikki mantil bebug bese :Je n'ai pas écrit toutes les phrases

Ndo benga ve bo efas si nyina ne bedzoe dzo : Alors on leur donna un quart de la terre pour qu'ils la dirigent (ou alors) ; Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre

Efedega : Le (un) sceau

Bibibigan : Les bêtes sauvages

Bewoe : Qu'ils (elles) tuent les hommes, pour faire périr les hommes

Benga tsig kin : Qu'ils ont coupé le cou, Qu'ils ont immolé

Nyina : Quatrième

Mbarmenye : La mortalité

Bita : La (les) guerre(s)

Aïoken bita : L'épée de guerre ou l'épée

Ndo : Alors

Bedzoe dzo : Qu'ils la commandent

Efas (se prononce EFASS) : une partie

Si : la terre (celle qu'on cultive)

Zié : La famine

Benga ve bo : On leur donna, elles (ils) leur donnèrent

Tana : Cinquième

Ne bewoe aïoken bita : pour faire périr les hommes par l'épée

Mekali : Les beignets

Kon : Les haricots

Mekali é Kon : Beignets et haricots

Koas (se prononce KOASSE) : Le poisson

Koas amboumen : Le poisson braisérepas-camerounais.jpg



Anga fami : Il (elle) ouvrit

Menga : J'ai

Wog : entendre (entends)

Mi : Des

E bod : les personnes, gens

Nyol : le corps

Kin : le cou

Etom (se prononce ETOAM) : à cause de

Aï mboolan : Avec les témoignages

Ebug : La parole

Zamba : Dieu

Benga : à qui

Tsig : couper, immôler

Tsig kin : Egorger, Immôler

Minsisim (se prononce MINSSISSIM) : Les âmes, les esprits

Mi e bod : Des personnes

Etom Ebug Zamba : A cause de la parole de Dieu

Abomdzam : Couleur pâle

Menga wog : J'ai entendu.

Tolendon : Le séjour des morts

Amvus : Derrière lui

E mod : La personne, Celui, Celle

A bede : Monter, il (elle) le monte

Baloe : On l'appelle, on l'appelait

Awuu (se prononce AWOU) : La mort



Fas Bè Ekuli-Man Nyol Samna :Deuxième partie du chapitre 6 de l'Apocalypse


Afami anga fami efedega nyina, menga wog ane e Vevee nyo ayedan na : « Zaag ! ».

Atem na, mentala ekabeli etoa nyol abomdzam; e mod angabe bede dzo ayob, baloe nye na: Awuu; Tolendon eza yaton nye amvus.

Ndo benga ve bo efas si nyina ne bedzoe dzo, ne bewoe aïoken bita, zie, mbarmenye aï bibibigan ya si.

Afami angan fami efedega tana, mentala a alatar asi, minsisim mi e bod benga tsig kin etom Ebug Zamba, aï mboolan benga boolo. Benga yedan aï ngul ese na :

"A Nti, wa y'one mfufub, otoa fe bebela, wayiyi tsig ntol wan abog afe, okunu fe meki man a nyol bod ya si ndon

=============================

Quand il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis la voix du quatrième être vivant qui disait : "Viens".

Je regardai, et voici, parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait, se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait.

Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l'épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre.

Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient rendu:

Ils crièrent d'une voix forte, en disant : Jusques à quand, Maître saint et véritable, tarde-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ?



Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 22:07

Nyina : Quatrième

Anga fami : Ouvrit

Menga : J'ai

Wog : entendre (entends)

Nyol : le corps

Abomdzam : Couleur pâle

Menga wog : J'ai entendu.

Tolendon : Le séjour des morts

Amvus : Derrière lui,

E mod : La personne, Celui, Celle

A bede : Monter, il (elle) le monte

Baloe : On l'appelle, on l'appelait

Awuu (se prononce AWOU) : La mort

 

Fas Bè : Deuxième partie

Afami anga fami efedega nyina, menga wog ane e Vevee nyo ayedan na : « Zaag ! ».

 

 Atem na, mentala ekabeli etoa nyol abomdzam; e mod angabe bede dzo ayob, baloe nye na: Awuu; Tolendon eza yaton nye amvus. Ndo benga ve bo efas si nyina ne bedzoe dzo, ne bewoe aïoken bita, zie, mbarmenye aï bibibigan ya si.

 

Afami angan fami efedega tana, mentala a alatar asi, minsisim mi e bod benga tsig kin etom Ebug Zamba, aï mboolan benga boolo. Benga yedan aï ngul ese na:



"A Nti, wa y one mfufub, otoa fe bebela, otoa fe bebela, wayiyi tsig ntol wan; abog af

--------------------------------------------

 

Quand il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis la voix du quatrième être vivant qui disait : "Viens".

 

Je regardai, et voici, parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait, se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l'épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre.

 

Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient rendu.

 

Ils crièrent d'une voix forte, en disant : Jusques à quand, Maître saint et véritable, tarde-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ?

 

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 20:31

Bernard-Henri Lévy et l'ancien président Sarkozy, donnent des leçons au nouveau président français : François Hollande. Ils croient avoir une légitimité à critiquer l'action du gouvernement français dans cette situation complexe qu'est la crise syrienne.



De quoi se mêle t'il ce philosophe moyen, écrivain, éditorialiste, voir médiocre ou moyen pour certains, qui fait partie des « peoples » ou « pipols », comme causeur, il se croit « bon » alors qu'il est « mauvais ». Il se prend pour une personne ayant un pouvoir particulier alors qu'il n'est qu'un drôle de personnage qui amuse la galerie. Certes, il a incité l'ancien président de la République à le suivre dans sa pseudo guerre pour la démocratie en Libye. L'ONU a donné son feu vert, nous savons ce qui est arrivé. Le Chef Libyen, tout dictateur qu'il est, a été capturé, non jugé, exécuté comme un chien enragé, alors qu'il aurait pu être jugé, et éventuellement exécuté par la suite. Un bouffon l'a achevé d'une balle et ensuite ils se sont défoulés sur sa dépouille. Obama, Cameron et Sarkozy jubilaient. Le même Sarkozy qui avait reçu quelques années plutôt le dirigeant libyen à Paris en grandes pompes, en lui faisant des honneurs inouïs, comme quoi il faut toujours se méfier des dirigeants occidentaux.

Bernard-Henri Lévy s'érige en pourfendeur des valeurs iniques. Il est à se demander où va la justice qu'il prétend soutenir. Nous n'avons jamais eu à entendre cet homme Bernard-Henri Lévy indiquer au gouvernement israélien que ce qui était fait contre les palestiniens était injuste. Comme tout en France, il suffit d'être connu pour que les journalistes aient besoin de vous inviter en permanence. La France compte plus de 60 millions d'habitants, ce qui est étrange, c'est que nous voyons comme invités à la télévision près d'une centaine de personnes qui sont toujours les mêmes. On pourrait penser à un clan. Ce sont toujours les mêmes, de même obédience politique, religieuse ou clanique.



Bernard-Henri Lévy fait sourire. Il a certes manipulé l'ancien Président de la République Nicolas Sarkozy, en l'embarquant dans l'élimination de Kadhafi en Libye. Le monde entier a raté un procès et un jugement qui nous aurait appris pas mal de choses, car cet ancien président, certes dictateur était détenteur de secrets qui auraient enrichi l'histoire des occidentaux, ainsi que celle des autres peuples. Je ne sais pas ce que Bachar El Assad aura laissé dans l'histoire. Que Bernard-Henri Lévy se rassure et qu'il soit écoeuré, car il a de quoi être déçu, beaucoup d'africains ont connu l'ancien dirigeant libyen à l'époque où il a aidé tant de pays sur le plan médical, plus que les pays occidentaux ne l'auraient fait. Ceux qui ont connu cette époque, ne peuvent en vouloir à Kadhafi, quelle que soit la façon dont il a tourné avant son exécution sommaire dirigée par les trois France, Angleterre et USA. Les africains en question qui soutenaient Kadhafi en veulent plus à la France et aux autres pays occidentaux d'avoir éliminé un Monsieur qui a fait plus de biens que la colonisation dans les pays d'Afrique noire. Il faut bien comprendre que les Africains ne cautionnent pas les dictatures, néanmoins ils s'en accommodent.



BHL ( Bernard-Henri Lévy ) croît pouvoir manipuler le nouveau Président et lui donner des directives comme il a fait avec l'ancien Nicolas Sarkozy. Pourquoi l'ancien Président français semble s'être laissé embarquer par ce faux « derviche » ? L'exécution de Kadhafi n'a fait que faciliter la mise en place de tribalisme. La Libye va connaître dans quelques années des atrocités que les occidentaux ne pourront régler. Le monde entier verra alors qu'Obama, Sarkozy et Cameron, ont déclenché des événements qui les dépassent. Combien de morts à venir dans ces pays seront enterrés sur le principe de la pseudo démocratie ?



Bernard-Henri Lévy qui n'a rien d'un Chef d'Etat, se permet de demander au chef de l’Etat élu François Hollande d’être plus ferme. Croît-il qu'il a un pantin à disposition, qui est là pour obéir à ses ordres. Au printemps 2011, Bernard-Henri Lévy avait joué avec succès les aiguillons auprès de Nicolas Sarkozy dans le conflit libyen, contribuant à l’intervention des Occidentaux qui s’était soldée par la chute et l'exécution de Kadhafi. Un gros mensonge monté par la France, l'Angleterre et les USA, ces derniers ont bombardé les différents lieux où le tyran aurait pu se cacher, et ils ont emmené au pouvoir Mustafa Abdeljalil : le pantin de l'OCcident qui ne pourra réunir les différentes tribus du Pays.



Pour le philosophe, le nouveau président français doit tenir ses « promesses » sur le dossier syrien. Le président Hollande n'a jamais dit qu'il ira bombarder la Syrie. Il ne s'est pas engagé à suivre les pas de son prédécesseur. Il a tant de choses à faire en France, avec les galères des citoyens, que d'aller dépenser les fonds du peuple à l'étranger, sans bien savoir ce qu'il va en tirer. Bernard-Henri Lévy veut que la France agisse sans tenir compte des veto chinois et russe à l'ONU. Il pense que la France dispose de moyens lourds pour s'engager dans un conflit dont elle ne connaît pas l'issue. La Syrie n'est pas la Libye. Assad a vu ce que les deux présidents et premier ministre ont fait en Libye. Pourquoi avoir fait taire le dirigeant libyen, qu'aurait-il dévoilé lors d'un jugement international ? Le philosophe (certes docteur en philosophie) croit avoir l'envergure d'un président pour se permettre de donner des leçons au Président français élu du peuple. Une poignée de révolutionnaires en Syrie, recevant des armes de ces mêmes pays, ainsi que de l'Arabie Saoudite et du Qatar, ne représentent pas la majorité des syriens. Et qu'on le veuille ou non, les interventions des occidentaux dans les pays de confessions musulmane, ne sont pas bien perçues. Qui veut des diktats occidentaux ?



Les dirigeants des pays soient disant démocratiques, se voilent la face pour affronter les problèmes internes dans leur propre pays et se jettent à corps perdus dans les problèmes des pays sous-développés, dit anti-démocratiques pour instaurer une pseudo-démocratie. En fait, ils installent des pantins, à leurs soldes, jusqu'au moment où ces derniers deviendront leur ennemi juré. Qu'est-il advenu de l'Irak ? Les dirigeants américains Bush père et fils ont détruit ce pays pendant plus de dix ans. Après la chute du dirigeant irakien, ils ont placé des hommes à eux au pouvoir. Ils ont également gagné des contrats pour la reconstruction, pour l'usage du pétrole, mais la démocratie n'est pas instaurée. Des attentats persistent et le pays n'est pas calme. Ils ont semé le chaos et ils s'en sont allés.


Que veut-dire installer ou instaurer une démocratie ? Au détriment de qui ? De quoi ? Pour qui ? Veut-on nous faire croire qu'une majorité de citoyens syriens veulent que les occidentaux viennent pour bombarder leur pays et renverser le pouvoir des Assad ? Les Média occidentaux ont pris leur parti, ils inondent les foyers des téléspectateurs d'images de bombes des villes où se trouvent les insurgés, qu'on finirait par croire que la Syrie se restreint à trois villes (Alep, Ohms et Damas). Qui fournit des armes aux rebelles ? Les pays dits démocratiques occidentaux pensent peut-être que la Chine et la Russie, voir l'Iran, vont baisser les bras de leurs côtés ? Il ne faut pas oublier les royaumes « très démocratiques » que sont l'Arabie Saoudite et le Qatar. Dans ces deux pays, les dirigeants occidentaux ferment les yeux, car ainsi leurs grosses sociétés pétrolières et pétrolifères peuvent continuer à exploiter les gisements de ces derniers « gros lards » qui font également du mal au peuple et aux étrangers qui viennent gagner leur pain misérablement. Voyons, Bernard-Henri Lévy, ne dit rien dans ces cas, il se tait. Que peut-il faire face à la Russie et la Chine, qui ne veulent rien entendre. Les scénario à l'irakienne ou à la libyenne sont présents chez ces diplomates. Bachar el-Assad est leur allié. L'Iran verrait mal tomber la Syrie, car ce pays perdrait un fidèle allié. La ligue arabe représente t'elle des démocraties ?sarkbhl.jpg

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans International
commenter cet article

Articles Récents

Liens