Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 23:59

Tege Mvoe, Foe Bita (Efas bai)

 

Enyo adin esia nge nyia , alodo ane adin ma, ayean ki aï ma. Enyo adin ndoman dzie, nge ngo dzie alodo ane adin ma ayean ki aï ma. Enyo abege ki klos dzie, anga zu aton ma, ayean ki aï ma.

 

Enyo anga kaman aï enyin dzie, enye anga dzea dzo. Enyo nye anga dzea enyin dzie asu dam enye anga bi dzo.

 

Non la paix, mais le combat (partie deux)

 

Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi. Celui qui ne se charge pas de sa croix pour marcher à ma suite n'est pas digne de moi.

 

Celui qui voudra garder sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la retrouvera.

Repost 0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 20:50

Te miaveg : Ne pensez pas, ne croyez pas

Na : que

Mvoe : la paix

Bod : les gens

Bayi : ils vont, qui vont

Kaban : partager, se répartir

Ngam Ebè : deux qualités

Endzo : c’est cela

A ladan : séparer

Menga zu : J’étais venu

Esia : le père

Nyia : la mère

aï dzo : avec cela

a si : sur terre

mandzi ki so : je ne suis pas venu

bita : le combat

embia : c’est cela

menga so aï bia :

Amu :parce que

menga zu ladan: je suis venu séparer

Moan ban esia : l’homme de son père, l’enfant de son père

Ngoan ban nyia : la fille de sa mère

Mbom ban nkié la belle fille de sa belle mère

Minzizin : les ennemis

Menda me bod : prope famille

 

Bod Bayi Kaban Ngam Ebe : les gens qui vont se partager deux qualitésPas-loin-des-quartiers-Ndjong-Melen-et-de-Ngoa-Kele.jpg

 

Tege Mvoe, Foe Bita

 

Te miaveg na mvoe endzo menga zu aï dzo a si, mandzi ki so aï mvoè, bita embia menga so aï bia. Amu menga zu ladan moan ban esia, ngoan ban nyia, mbom ban nkié, minzizin miayi so bod a menda me bod maban ete.

 

Non la paix, mais le combat

 

Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, C’est le combat avec lequel je suis venu. Parce que je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère ; on aura pour ennemis les membres de sa propre famille.

Repost 0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 13:28

 

a mis me bod : aux yeux des hommes

E mod : l’homme, la femme, quiconque

anga mem ma : me reconnaît

ma : moi

wa : toi

menga : je

dzam deda : également, aussi

nala : ainsi

a mis : aux yeux, au regard

bebè : deux

a kuan : vendre

bemvelkuma : moineaux

etun kaba : pour un sou

Akekwi : cependant

ase ki dzam wu : ne peut mourir, ne tombe au sol

to mbog : pas un, aucun d’eux

Mfa wan : de notre point de vue, de notre côté

Miambara : vous avez peur, vous craignez

Mine : vous êtes

aï mfi : avec de l’importance

abwi : beaucoup

 

 

Akar Kobo Akpam, Tege Mbara Dzom (Efas Baè)

Nga bakar kuan bemvelkuma bebè etun kaba? Akekwi, to mbog ase ki dzam wu Esoa wa tege yem. Mfa wan, esil ene mina a nlo ene nlanan nlanan. Te hm miambara! Camer260112.

E mod anga mem ma a mis me bod, ma menga mem fe nye a mis me Tara ya yob. Enyo anga siié ma a mis me bod, ma menga siié fe nye dzam deda nala a mis me Tara ya yob.

Ce qu'il ne faut pas craindre (partie 2)

Ne vend-on pas deux moineaux pour un sou ? Cependant, aucun d'eux ne tombe à terre sans que Dieu votre Père le sache. Quant à vous, même vos cheveux sont tous comptés. N'ayez donc pas peur : vous valez plus que beaucoup de moineaux !

Quiconque reconnaît publiquement qu'il est mon disciple, je reconnaîtrai moi aussi devant mon Père qui est dans les cieux qu'il est à moi ; mais si quelqu'un affirme publiquement ne pas me connaître, j'affirmerai moi aussi devant mon Père qui est dans les cieux que je ne le connais pas.

 

 

Repost 0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 23:49

Miambara : vous avez peur

Te Miambara : N’ayez pas peur, ne craignez rien

Bo (se prononce BAU) : eux, elles

Dibi : la pénombre, le noir, l’obscurité

Akar Kobo Akpam, Tege Mbara Dzom

Te hm miambara bo. Amu dzom zin ese ki a asoe, a yenga kwi ki a ngen, dzom zin esolo ki, a enga bo te yanban a nsen. Nge mekad mina dzom a dibi, yedegan dzo a nsen etere; nge miwog dzom a menyin, yedegan dzo a ndil ayob.

Te miambara eba bawoe he nyol, da tege dzom woe nsisim, e mod miayian mbara ane enyo y’ane mina dzam woa a mbun ndoan aï nsisim wan aï nyol dzan fufulu.

----------------------------------------------------------------

Ce qu'il ne faut pas craindre

Ne craignez donc aucun homme. Tout ce qui est caché sera découvert, et tout ce qui est secret sera connu. Ce que je vous dis dans l'obscurité, répétez-le à la lumière du jour ; et ce que l'on chuchote à votre oreille, criez-le du haut des toits.

Ne craignez pas ceux qui tuent le corps mais qui ne peuvent pas tuer l'âme ; craignez plutôt Dieu qui peut faire périr à la fois le corps et l'âme dans l'enfer. Ne vend-on pas deux moineaux pour un sou ? Cependant, aucun d'eux ne tombe à terre sans que Dieu votre Père le sache. Quant à vous, même vos cheveux sont tous comptés. N'ayez donc pas peur : vous valez plus que beaucoup de moineaux ! 

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 23:50

Nyegue : l'apprenant, l'élève

Bayi : ils veulent

 

MINDZUG MI APOSTEL (Efas Baè)

 

Da, eyon bayi mina ve e ngam y’ayat nala, te misanan aï bibug miayi kobo, bibug miayi yalan biayi mina veeban etie etie, amu, se ki mina beben miayi kobo. Nsisim Esia wan ngo wayi kobo a anyu dan.Manyan mod ayi kuan aï manyan, ne bewoe nye; esia akuan aï moan; boan bayi luman aï bebonde, besoman bo ne bewoe bo. Bod bese bayi mina fem etom dzoe dam, enyo ayi ki teg, ayeme akelekwi a memana, enyolo te ayi kodeban. Nge betsidan mina e tison nyi, tuban mike a tison fe, dugan tub mike a tison fe; a bebela emen makad mina, miayi ki boman betison bese ya Israel Moan mod angale tege so.

 

 

Nyege alod ki nyegele woe a nkon, to mbo bisie alod ki esia nti woe. Nge nyege ane ane nyegele woe, mod bisie ane esia nti woe, abim te layean. Bengaman loe esia dzal na: Beelzebul, ngaman aï zeze bod ya nda, beloe bo nala fog fe.

 

 

 

 

 

Les persécutions à venir pour les apôtres (partie 2)

 

 Lorsqu'on vous conduira devant le tribunal, ne vous inquiétez pas de ce que vous aurez à dire ni de la manière de l'exprimer ; les paroles que vous aurez à prononcer vous seront données à ce moment-là : elles ne viendront pas de vous, mais l'Esprit de votre Père parlera en vous. Des frères livreront leurs propres frères pour qu'on les mette à mort, et des pères agiront de même avec leurs enfants ; des enfants se tourneront contre leurs parents et les feront condamner à mort. Tout le monde vous haïra à cause de moi. Mais celui qui tiendra bon jusqu'à la fin sera sauvé. Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Je vous le déclare, c'est la vérité : vous n'aurez pas encore fini de parcourir toutes les villes d'Israël avant que vienne le Fils de l'homme.

 

Aucun élève n'est supérieur à son maître ; aucun serviteur n'est supérieur à son patron. Il suffit que l'élève devienne comme son maître et que le serviteur devienne comme son patron. Si l'on a appelé le chef de famille Béelzébul, à combien plus forte raison insultera-t-on les membres de sa famille !

Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 23:52

 Ma nyo : Me voici, me voila

Malom : J’envoie

Malom mina je vous envoie

Ane mintomba : comme des moutons

Azan : au milieu

Ze : les loups

Azan ze : au milieu des loups

Mitobogo soyez donc

Ane : comme

Ane nyol comme des serpents

Aben : des colombes

tege aï  : sans jamais

 ndug : innocents

 

Mindzug Ya Esie Apostel

Ma nyo malom mina ane mintomba azan ze ; mitobogo hm ntse ane nyol, tege aï ndug ane aben.

 

Mikalaga aï bod; bayi ke aï mina a menda medzo, beyidi mina a zut a menda me dokten maban. Bayi mina soman a edzoe aï a minkukuma, he asu dam, ne miboolo a mis maban aï a mis behaiden.

 

*********************************************************

 

Les persécutions à venir pour les apôtres

 « Écoutez ! Je vous envoie comme des moutons au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents et innocents comme les colombes ».

 

Prenez garde, car des hommes vous feront passer devant les tribunaux et vous frapperont à coups de fouet dans leurs synagogues. On vous fera comparaître devant des gouverneurs et des rois à cause de moi, pour que vous puissiez apporter votre témoignage devant eux et devant les non-Juifs.

 

********************************************************

 

 

Repost 0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 23:07

mbo esie : l’ouvrier, l’homme qui travaille

nge : si

dzal : ville ou village

nge dzal ki : dans une ville ou un village

dzenan : cherchez

nyia modo : la personne

mitobo : restez

mitobo hala : restez là

mvoaè dzaan : la paix

dzaan : votre

etobo : soit

etere : avec vous, dedans

kodegan: quittez, sortez

a nda te : de cette maison

Nge : si

aï mina : avec vous

mod : une personne

ateb : refuser

Nge mod ateb belan : si on refuse de vous accueillir

A bebela emen : En vérité

Be Bende asu be awom aï bebè (efas bai)

E tison ese minyii, nge dzal ki, dzenan nyia-modo mviè, mitobo hala akelekwi ane miakodo etere. Okan mianyian a nda, taman nda te mvoaè. Nge nda te yayean aï mvoaè: “ mvoaè dzaan etobo etere “. nge yayean ki aï dzo, mwoaè dzaan edugan aabe mina. Nge mod ateb belan aï mina, nge ateb ki vogolo nkobo wan, kodegan a nda te, nge tison. Mikud mbulugy’one mina a mekol. A bebela emen makad mina, a amos estig ntol, bayi bo nget abwi aï tison; te alodo asu nnam Sodoma aï ehi Gomorrha.

La mission des douze (deuxième partie)

« Quand vous arriverez dans une ville ou un village, cherchez qui est prêt à vous recevoir et restez chez cette personne jusqu'à ce que vous quittiez l'endroit. Quand vous entrerez dans une maison, dites : “La paix soit avec vous.” Si les habitants de cette maison vous reçoivent, que votre souhait de paix repose sur eux ; mais s'ils ne vous reçoivent pas, retirez votre souhait de paix. Si, dans une maison ou dans une ville, on refuse de vous accueillir ou de vous écouter, partez de là et secouez la poussière de vos pieds. Je vous le déclare, c'est la vérité : au jour du Jugement, les habitants de Sodome et Gomorrhe seront traités moins sévèrement que les habitants de cette ville-là.
Repost 0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 21:29

Alomo : envoya

Eyon : quand, lorsque

Awom aï bebè : douze

be awom aï bebè : les douze

Angabende : il donna des instructions, des conseils

angabende bô na: il leur donna des instructions

Behaiden : les athées, les non-juifs (à l’époque)

Eki : Interdit, évitez

Eki mod : interdit aux personnes

A tison (se prononce A-TISSON) : lieu de culte, église

A zen : sur le chemin, les régions

A nyian : entrer

Besamaritan : les villes de Samarie

Mintomba : les brebis

minga dzan : qui étaient perdus

Mifubugu : vous purifies

Minzezam : les lépreux

Ayon : le peuple ; le royaume

ya ayon Israel : du peuple d’Israël

Aï zen ese : sur tous les chemins

Zen : chemin

Zeze : gratuit

Bengave : ils ont donné

Mina : vous

Mikele : vous allez

Miayedan : vous prêchez

Mibo : vous faites

Minkokoan : les malades

Mvoaè : guéris

a mfeg : une poche, un sac

Mibelege : vous rendez la vie

Mimbim : les morts, morts

Vaan fe : donnez aussi

be Bende asu be awom aï bebè

Eyon Yesu alomo be awom aï bebè ba, angabende bô na:

Eki mod tege yala a zen behaiden; eki mod tege nyian a tison Besamaritan. Mintomba ya ayon Israel ya minga dzan eye Kanan wé. Aî zen ese, mikele miayedan na: “Ayon ya yob antoa ya babi.”

Mibo minkokoan mvoaè, mibelege mimbim, mifubugu minzezam, miboe besatan. 

Bengave mina a zeze, mia vaan fe a zeze. To mvot, to moni, to minsan, te miake aï dzom a mfeg; to mfeg dulu te mianon, to biyie bibè, to besilfas, to ntum, amu mbo esie ayean aï etona.

La mission des douze

Jésus envoya ces douze hommes en mission, avec les instructions suivantes : « Évitez les régions où habitent les non-Juifs et n'entrez dans aucune ville de Samarie. Allez plutôt vers les brebis perdues du peuple d'Israël. En chemin, prêchez et dites : “Le Royaume des cieux s'est approché ! ”

Guérissez les malades, rendez la vie aux morts, purifiez les lépreux, chassez les esprits mauvais. Vous avez reçu gratuitement, donnez aussi gratuitement. Ne vous procurez ni or, ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos poches ; ne prenez pas de sac pour le voyage, ni une deuxième chemise, ne prenez ni chaussures, ni bâton. En effet, l'ouvrier a droit à sa nourriture. 
Repost 0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 23:20

Yesu Alom Be Awom Aï Bebè…

 

Ndo Yesu angaloe beyege boe awom aï  bebè, ndo angave bô ngul ya dzoe bebe minsisim, ne betsidan mia, ne belede akôn ase aï mintye mise.

 

Apostel awom aï bebè bete bengabe moe na: enyo osu, Simon ya beloege na Petrus, ban Andreas manyan woe; Yakob, moan Zébédé ban Yohanes, manyan woe. Filip ban Bartélémi. Thomas ban Mattheus, y’angabe nnon toya nnam; Yakob, moan Alfe ban Thadé. Simon ya beloege a mebedan na: Mvama ban Yudas Iskariot, y’anga kuan aï Nti.

 

Jésus envoie les douze apôtres

 

Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir de chasser les esprits mauvais et de guérir toutes les maladies et toutes les infirmités. Voici les noms de ces douze apôtres : d'abord Simon, surnommé Pierre, et son frère André ; Jacques et son frère Jean, tous deux fils de Zébédée ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le collecteur d'impôts ; Jacques le fils d'Alphée et Thaddée ; Simon le nationaliste et Judas Iscariote, qui trahit Jésus.

  

 

 

Apostel awom aï bebè bete : les douze apôtres en question (concernés)

bengabe moe na : avaient les noms suivants

enyo osu : tout d’abord, le premier

ya beloege : appelé

na : comme

Petrus : Pierre

Manyan : frère

Manyan woe : son frère

Moan (Man) : enfant, son enfant

Ban : et, avec

Mvama ban :le nationaliste

y’anga kuan aï Nti : qui vendit le Christi

Bebè : deux

Ndo : alors

Angaloe : appela

Beyege : les apprenants, les élèves

Boe : ses

beyege boe : ses élèves, ses disciples

Awom : dix

Awom aï  bebè : douze

Angave : Il donna

Angave bô : il leur donna

Ngul : la force

ya dzoe : qui commande

bebe minsisim : les mauvais esprits

betsidan mia : de les chasser

ne belede : qui guérit

akôn ase : toutes les maladies

 

aï mintye mise : toutes les infirmités, les souffrances
Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 01:07

Décidément La Palestine ne connaîtra jamais, certes il ne faut jamais tenir ce propos « JAMAIS », son indépendance : son ETAT. Israël est plus que jamais tout puissant. Il fait ce qu’il veut. Et lorsqu’un homme comme celui qui le dirige actuellement et ce depuis près de quinze ans est au pouvoir, malgré des petits passages à vide, il est à se demander à quel saint ou on sait quoi d’autres ces derniers peuvent se confier pour gagner un jour le droit d’avoir leur propre pays.De longues négociations infructueuses entre lui et Arafat, aboutirent à la signature en janvier 1997 de l’accord sur Hébron qui prévoyait le retrait des Israéliens à l’exception des colonies juives installées dans la ville et permettait la relance du processus de paix. Vous remarquerez que seize ans plus tard, c’est au point mort. Arafat est mort, nul ne sait comment : malade ? empoisonné ? Sa femme a demandé que soit effectuée une autopsie de son corps.


Pourquoi les tensions entre les dirigeants israéliens et le peuple palestinien s’accentuent toujours alors que tout le monde sait qu’Israël est militairement le plus fort et qu’il pourrait décider de mettre fin à ce conflit qui dure depuis longtemps. Trop longtemps. Lorsque le gouvernement israélien actuel, toujours dirigé par le même individu annonce la construction d’une nouvelle colonie juive, même si cela semble bénin pour les européens et les américains, cette décision ne peut pas être bien accueilli par les Palestiniens. Comment pensez une seconde que ces derniers vont se mettre autour d’une table alors que leurs droits sont en permanence bafoués. Vous remarquerez que cette dernière décision n’a provoqué aucune réaction d’irritation dans le monde. Nul ne la condamne, à l’exception de la Jordanie. Barack Obama l’allié indéfectible d’Israël est silencieux, son secrétaire d’Etat également. La situation ne cessera pas de se détériorer

 netan

 

Monsieur Benyamin Netanyahou est le Premier Ministre actuel d’Israël, qui est allié à des extrémistes, d’aucuns diront des nationalistes. Le Monde entier apprend qu’une nouvelle colonie va être installée. Plus de trois cent logements vont sortir de terre dans un avenir proche. Pourquoi ce besoin de piller ce peuple qui droit à son existence légale ? C’est terrible de voir et observer le cynisme des dirigeants européens et américains (USA et Canada) ? Ne parlons pas des dirigeants arabes (les gros pétroliers) qui ne servent à rien, qu’à opprimer les pauvres chez eux et à financer des ordures. Nul ne bronche. Obama qui a obtenu le prix Nobel de la Paix, est aux abonnés absents. Le Président Hollande et le Premier Ministre anglais Cameron sont silencieux. Ne parlons pas de Ban Ki Moon, qui est aussi inexistant que l’était les autres secrétaires généraux de l’ONU.

 

Ou se dirige t’il avec ses mesures d’occupation permanentes des terres de palestiniens ? Que veut cet homme sans scrupule ? Après les dernières élections qui se sont déroulés en Israël, Benyamin Netanyahou s’est allié avec des colons. Il a essayé de ménager encore une fois la tendance nationaliste qui l’a porté au pouvoir et les partenaires d’Israël qui redoutaient un gel du processus de paix. Mais en finalité, ce sont les premiers qui l’emportent. Par cette décision, Monsieur Netanyahou réaffirme son refus de voir la création d’un État palestinien. Cette nouvelle colonie signifie un envahissement de plus et quelques semaines après le passage du Président américain Obama en terre sainte. Triste, déjà pour ceux qui s’intéressent un peu à cette partie du monde, il y a seize ou dix sept ans, le Premier Ministre actuel avait mis fin à l’interdiction de construire dans les colonies juives installées en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Et en ce triste mois de septembre 1996, la décision de percer un nouvel accès à un tunnel sous l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem, provoqua l’embrasement de la Cisjordanie et de Gaza, les affrontements d’une rare violence faisaient 76 morts et des centaines de blessés. Bravo, Monsieur Netanyahou Benyamin.

Palestine 1946-2004 - suite

De longues négociations infructueuses entre lui et Arafat, aboutirent à la signature en janvier 1997 de l’accord sur Hébron qui prévoyait le retrait des Israéliens à l’exception des colonies juives installées dans la ville et permettait la relance du processus de paix. Vous remarquerez que seize ans plus tard, c’est au point mort. Arafat est mort, nul ne sait comment : malade ? empoisonné ? Sa femme a demandé que soit effectuée une autopsie de son corps.

 

Pourquoi les tensions entre les dirigeants israéliens et le peuple palestinien s’accentuent toujours alors que tout le monde sait qu’Israël est militairement le plus fort et qu’il pourrait décider de mettre fin à ce conflit qui dure depuis longtemps. Trop longtemps. Lorsque le gouvernement israélien actuel, toujours dirigé par le même individu annonce la construction d’une nouvelle colonie juive, même si cela semble bénin pour les européens et les américains, cette décision ne peut pas être bien accueilli par les Palestiniens. Comment pensez une seconde que ces derniers vont se mettre autour d’une table alors que leurs droits sont en permanence bafoués. Vous remarquerez que cette dernière décision n’a provoqué aucune réaction d’irritation dans le monde. Nul ne la condamne, à l’exception de la Jordanie. Barack Obama l’allié indéfectible d’Israël est silencieux, son secrétaire d’Etat également. La situation ne cessera pas de se détériorer




Repost 0
Published by LABEL NGONGO - dans Israël & Palestine
commenter cet article

Articles Récents

Liens