Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 22:20

Ma Kom Yob : je crée le ciel

Wa kom Yob : tu crées le ciel

Ba kom : Il répare

 

 

Mawok Wa : Je t’écoute

Awok Wa : Il t’écoute

 

ABO : Faire

 

Mabo ( se prononce Ma BAUX et non pas comme il s’écrit): Je fais

Wabo : Tu fais

Abo : Il ou elle fait

Bya bo : Nous faisons

Mina bo : Vous faites

Babo : ils font

 

Öse (se prononce OSSE) : Toute (tout)

Ase (se prononce ASSE) : Toute, tout

 

Menda : Maison

Dokten : Doctrine

 

Menda me dokten : Les maisons de doctrine (de catéchisme), à l’époque, ce doit être dans les lieux de synagogue.

 

Makoan : (se prononce comme il s’écrit) Je suis malade

Wakoan : Tu es malade

Akoan : Elle est malade

Byakoan : Nous sommes malades

Minakoan : Vous êtes malade(s)

Bakoan : Elles sont malades.

 

Aï mintye misse : Avec toutes les infirmités

Akoan ase : Toutes les maladies

 

Öse (se prononce OSSE) : Toute (tout)

Ase (se prononce ASSE) : Toute, tout

Nguma : Toute

Nguma Syria : Toute la Syrie

 

Beza nye lede : Ils amenaient (Afin d’éviter le verbe « apporter »

 

 

 

 

YESU AYEGELE, ABO BOD MVOE – Jésus enseigne, Il guérit (fait que les gens guérissent)

 

 

 

Akele awulu a nnam Galilea öse, ake ayegele a menda me dokten, ayedegan Mbembe Foe ya Ayon Zamba, ake asie bod akon ase aï mintye misse.

 

Dzoe die ayaman a fö a nguma Syria, beza nye lede akyae minkokön asse, aï eba besimenan aï mintye mekyae me_sse, aï eba bengabe bele bebe minsisim a nyöl, aï eba befasa kanda aï mintet.

 

Abwi etitib bod aza laton nye, betiege a Galilea aï a Dekapol, aï a Yerusalem, aï a Yudea aï a Yordan ayat.

 

Traduction en français :

 

Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.

 

Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques ; et il les guérissait.

 

Une grande foule le suivit, de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée, et d'au delà du Jourdain.

 

Repost 0
Published by NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 18:45

La Mangue est un fruit très délicieux

 

La mangue est enrichie en vitamine A, elle contient également de la vitamine C et de la vitamine E. Les chercheurs indiquent que la mangue contient également des minéraux, en particulier le fer. La mangue est riche en antioxydants qui freinent le vieillissement cutané et assure la stabilité des structures cellulaires

 

La mangue peut enrichir notre alimentation par l’apport de ses vitamines. Elle est également très énergétique. Elle se distingue par sa grande quantité en béta-carotènes. Elle peut jouer un rôle important de prévention sur les risques de cancer de la prostate, des poumons, de la gorges, des seins, de la vessie et de l’estomac.

 

 

La mangue serait originaire de l’Inde. Si c’est le cas, comment se fait-il qu’elle ait toujours existée en Afrique centrale ? En Inde, la mangue verte est coupée en tranches et séchée au soleil. Par la suite elle est réduite en une poudre qui sert à donner du goût aux plats locaux.0Mangue.JPG

Repost 0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 17:34

NLOE BEYEGE BE OSU: ‘L’appel des premiers apôtres’

 

Mbol :Comme

Awulugu : (se prononce Awoulougou) Il ou elle marchait

Atoban : Il rencontra (ou il vit)

 

Mina kobo Ewondo : Vous parlez l'Ewondo

 

Foe : Un

Bè : Deux

Bebè (se prononce Be Bai) : Les deux

 

Manyan : Son frère

Babenyan (se prononce comme il s’écrit) : Les ou des frères

Aï babenyan bebè : Les deux frères

 

Ma loe :J’appelle

Ba loe : Tu appelles

Beloege :On appelait

 

Ya beloege : Qu’on appelait

Na :ainsi

 

Ban (se prononce Ban ne) : Avec

Ban Manyan : Avec son frère

 

Andreas : André

Petrus (se prononce Petrouss) : Pierre

 

Mvunda (se prononce Mvounda) : Filets (de pêche)

Bawoa : Ils jetaient

Bekele bawoa mvunda a man : Ils jetaient un filet dans la mer

 

 

Amu : Parce que

 

Mengabe : J’étais

Wongabe : Tu étais

A ngabe : Il ou elle était

Bi ngabe : Nous étions

Mi ngabe : Vous étiez

Bengabe : Ils étaient

 

Koas : Le poisson

Kos : Les poissons

Belob : Les Pêcheurs

Amu bengabe belob be kos : Parce qu’ils étaient des pêcheurs de poissons

 

Zaan : Venez

Miaton ma : Vous me suivez

 

Mayi : Je veux

Wayi : Tu veux

Ayi : Elle veut

Byayi : Nous voulons

Minayi : Vous voulez

Bayi : Elles veulent

 

Bod : Les gens ou les personnes ou les hommes et/ou les femmes

 

Wulu : (se prononce Wou Lou) : marcher

 

Ma wulu : je marche

Wa wulu : tu marches

A wulu : il marche

Bya wulu : nous marchons

Mina wulu : vous marchez

Ba wulu : ils marchent

 

Anga tam wulu ane hé : Il avait marché un peu (étant allé un peu plus loin)

Befe : Les autres

 

Aï babenyan befe bebè : Avec deux autres frères

Etié, Etié : (il faut prononcer les deux mots pour une traduction) : Aussitôt

 

Dzoge (DZOGUE) : Laisser, abandonner

 

Ma dzoge (se prononce Dzogue) : je laisse

Wa dzoge : tu laisses

A dzoge : elle laisse

Bya dzoge : nous laissons

Mina dzoge : vous laissez

Ba dzoge : elles laissent

 

 

 

Mbol awulugu a ntsag man ya Galilea, ndo atoban aï babenyan bebè, Simon ya beloege na Petrus, ban manyan woe Andreas, bekele bawoa mvunda a man ; amu bengabe belob be kos.

 

Nye aï bo na : « Zaan miaton ma, mayi mina bo belob be bod. » Ye anga tam ke sui nkobo, ndo fo benga dzoge mvunda dzaban, benga ke baton nye.

 

Anga tam wulu ane hé, ndo fe atoban aï babenyan befe bebè, Yakob, man Zébédé, ban manyan woe Yohanes, betoa a mal aï esia woban Zébédé, bekomo mvunda dzaban ; ndo anga loe bö.

Etié, Etié, ndo benga dzoge mal maban, benga ke baton nye.

 

Traduction en français :

 

Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André, son frère, qui jetaient un filet dans la mer ; car ils étaient pêcheurs.

 

Il leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes.

 

Aussitôt, ils laissèrent les filets, et le suivirent.

 

De là étant allé plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui étaient dans une barque avec Zébédée, leur père, et qui réparaient leurs filets.

 

Il les appela, et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père, et le suivirent.

Repost 0
Published by NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 17:20

MEDUGAN YA GALILEA : ‘Le retour en Galilée’

 

Dieser kleine Teil des Matthäus-Evangelium geschrieben 24. Februar zweitausendelf

 

A wog  (se prononce AWOK) : Il (elle) entend

Ma wog (se prononce MAWOK) : J’entends

Anga wog : Il a entendu

 

Nnam : le pays, la ville

 

Yohanes : Jean

Petrus (se prononce Petrouss) : Pierre

Mimbog : (la) Prison

Na (se prononce naa) : que

Yesu anga wog : Jésus a entendu { Jésus, ayant entendu}

 

Ma ke : Je vais {je m’en vais ; je me rends ; je me retire}

Ndo :  Alors

Anga ke : il s’est rendu {il (ou elle) s’est retiré (e)}

Menga ke Angola : Je me suis rendu en ville (au centre-ville)

Anga ke a Garges-lès-Gonesse : Elle s’est rendue à Garges-lès-Gonesse

 

Ma kodo : Je quitte

Bya kodo a Agay : Nous quittons Agay

Wa kodo a Paris : Tu quittes Paris

Ba kodo a Le Bois-Plage-en-Ré : Elles quittent Le Bois- Plage-en-Ré

Akodo a Nazareth : Il quitta Nazareth

 

Ake tobo : Il alla s’installer {elle (ou il) vint s’installer}

Make tobo : je vais m’installer

Byake tobo a Dunkerque : Nous allons nous installer à Dunkerque

Man (se prononce ment et non pas manne) : la mer

Ntsag : situé à proximité

Mfa ya nkon nnam : près du territoire

 

Anyu :la bouche, de la bouche de (annoncé par)

 

Atoban na : s’accomplit

 

Atarigi abog te : Dès ce moment là

 

Anga tari : Elle (il) commença

Menga tari : J’ai commencé

Binga tari : Nous avons commencé (débuté)

 

Singan minsem mian : Répentez-vous

 

Amu :Comme (car)

Ayon : Le Royaume

 

 

Awog Yesu, anga wog na befudi ya Yohanes a mimbog, ndo anga ke a Galilea, akodo a Nazareth, ake tobo a Kafarnaum a ntsag man, mfa ya nkon nnam Zabulon aï Neftali, mbol ye na anyu profet Isayas atoban na :

 

·       Nnam Zabulon aï nnam Neftali, Zen ya man, Nnam ya Yordan ayat, Galilea meyon !

·       Ayon y’angabe ngudu a dibi etere, ayen mod mfié ; Eba bengabe toa a nnam dibi, a ndon awu, mfié ofié bo.

 

Atarigi abog te, ndo Yesu anga tari na ake abo bikad mam, nye na : « Singan minsem mian, amu ayon ya yob ankun sö. »

 

Traduction en français :

 

Jésus, ayant appris que Jean avait été livré, se retira dans la Galilée.

 

Il quitta Nazareth, et vint demeurer à Capernaüm, située près de la mer, dans le territoire de Zabulon et de Nephthali,

 

afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète :

 

Le peuple de Zabulon et de Nephthali, De la contrée voisine de la mer, du pays au delà du Jourdain, Et de la Galilée des Gentils,

 

Ce peuple, assis dans les ténèbres, A vu une grande lumière ; Et sur ceux qui étaient assis dans la région et l'ombre de la mort La lumière s'est levée.

Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.

Repost 0
Published by NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 17:24

J'ai été quelques temps silencieux, faute de temps. Je viens parler de choses qui m'intéressent et me tiennent à coeur. Je vais émettre mes opinions sur des fruits et légumes.

 

L’AIL

 

L’ail contient de l’allyle (de l’essence sulfurée volatile), du soufre, de l’iode, de la silice, c’est un antiseptique naturel et un merveilleux désinfectant, notamment pour les poumons. L’association naturelle de ces substances constitue un ensemble de protection de l’organisme contre les maladies, le déséquilibre glandulaire et bien d’autres troubles.

 

L’ail stimule la sécrétion gastrique et la motricité des parois de l’estomac, il est apéritif et digestif. Bien qu’il ne soit pas toujours bien accepté (toléré) par l’estomac, c’est tout bonnement parce qu’il est mal mâché (assez mal mastiqué) et pas assez imprégné de salive ; ou encore que la muqueuse de l’appareil digestif est très irritée ou ulcérée.

 

Dans les problèmes évoqués, les solutions sont doubles : dans un cas, il faut veiller attentivement à la trituration buccale ; dans l’autre cas, il faut prendre un peu d’eau avec de l’argile un moment avant le repas.

 

L’ail joue un rôle dans la dissolution des concrétions parasitaires (cristaux d’acide urique, etc) des artérioscléreux et entraver la calcification des artères. Il stimule le cœur et purifie le sang. Il facilite la circulation et fait baisser la tension excessive. Pour ceux dont la tension est normale ou trop basse, il n’y a rien à faire, l’ail ne peut être que bénéfique.

 

L’ail est également un vermifuge naturel. Il faut l’utiliser cru afin de ne pas perdre ses essences sulfurées, très volatiles.

 

Pour soigner et faire disparaître des verrues et des petits kystes, frotter les excroissances avec un tronçon d’ail plusieurs fois par jour. Vous pouvez allier l’usage de l’ail avec l’argile (faire des petits emplâtres ).

L’ail peut aider également les rhumatisants et les arthritiques en usage externe en frictions sur les zones douloureuses.

 

Repost 0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 15:19

Neuilly, Freitag, einunddreißig Dezember Zwei Tausend und zehn

Texte ewondo de la Génèse écrit le 31 décembre 2010

 

 

Nlan Akomo Yob aï Si

 

 

Le récit de la création du ciel et de la terre

 

 

 
 

A metari, Zamba anga kom yob aï si.

 Hala si Y'abe ki nyeb, etoa he mful mful, tege aï dzom hë mendim, hë dibi dibi, Nsisim Zamba wakë w'ayeb a mendim a yob.

Ndo Zamba azu dzo na : mfié ofiégé ! Mfié onga fié. Amos osu (ou Ossou) nyulu.

Amos béé (ou bai), Zamba nye na : eba yob eyaligi si a yob anë ndil nda. Ndo fo anga bö nala.

Amos lala, Zamba nye na : mendim mekelëg mfa mfag, mfa mbog oligi nkod si, ndo fë lenga bo nala.

Zamba nye na : si efaigi bilog aï bile biawum mekiai, ndo fë lenga bo nala.

Amos nyina nye na : Nlo dzob aï Ngon aï atitié bibo a yob, bikar fié, ndo fë lenga bo nala.

Amos tana, Zamba nye na, kös ebo aman, anon a yob, bifo fe mvon, ndo fé lenga bo nala.

Amos samena, Zamba nye na tsit mekiai mekiai, efo fé, ndo fé lenga bo nala.

Ndo Zamba anga yen na, nala te osë one mben

Ndo fe Zamba azu dzo na : nkoman mod a evegele dzan, avu bia,

afulan aï bia, na adzoe si aï e biem bisë binë etere.

Ndo Zamba azu so kom mod a evegele dzié, akom nye nnom aï ngal, avë bo maa, nye na : foan, mibui fé, midzala si ese, midzoege dzo.

Zamba abebë e biem bisë anga kom, ndo anga yen na, binë eyegan mbem.

Eye yob a*î si binga bondeban na, aï e biem bise bine etere. Ndo Zamba azu so woe amos zamgbala, asala amos te, afubu fë wo asu dié.

________________________________________________________________________________________________________________

 

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.

La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.

Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut.

Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres.

Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le premier jour.

Dieu dit : Qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux.

Et Dieu fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus de l'étendue. Et cela fut ainsi.

Dieu appela l'étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le second jour.

Dieu dit : Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi.

Dieu appela le sec terre, et il appela l'amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon.

Puis Dieu dit : Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi.

La terre produisit de la verdure, de l'herbe portant de la semence selon son espèce, et des arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.

Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le troisième jour.

Dieu dit : Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit ; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années ;

et qu'ils servent de luminaires dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi.

Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit ; il fit aussi les étoiles.

Dieu les plaça dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre,

pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d'avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon.

Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le quatrième jour.

Dieu dit : Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que des oiseaux volent sur la terre vers l'étendue du ciel.

Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce ; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon.

Dieu les bénit, en disant : Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers ; et que les oiseaux multiplient sur la terre.

Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le cinquième jour.

Dieu dit : Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi.

Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.

Puis Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.

Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme.

Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.

Et Dieu dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture.

Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le sixième jour.

ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi.

Repost 0
Published by NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 23:11

Ayon ( se prononce AÏON) :   La nation (la tribu)

 

Boan (se prononce BOUAN) :  Les enfants

 

Boan be Label Ngongo   :   Les enfants de Label Ngongo

 

Boan be Zamba    :   Les enfants de Dieu

 

Zen ( se prononce ZENE)   :  Le chemin  (la voie)

 

Ebug (se prononce AIBOUG)   :   La parole

 

ALOE   :   Appeler

 

MaLoe   :   j’appelle

WaLoe    :  tu appelles

Aloe   :  il (elle) appelle

BiaLoe   :  nous appelons

MiaLoe   :  vous appelez

BaLoe   :   ils (elles) appellent

 

Ma Loe Wa   :    Je t’appelle

 

Za Wa Loe ?   :   Qui appelles tu ?

 

Ma Loe Ngongo Ottou Christian   :   J’appelle Ngongo Ottou Christian

 

Ma Loe Rossalie   :   J’appelle Rosalie

 

Minsili (se prononce comme il s’écrit : MINSSILI) : Les questions

 

MaSili :  Je demande (questionne)

 

WaSili :  Tu demandes

 

Asili :  Il (elle) demande

 

BiaSili :  Nous demandons

 

MiaSili :  Vous demandez

 

BaSili : Ils (elles) demandent

 

Benyia bodo :  Les grandes personnes (je dirais  LES ADULTES)

 

Bodo :  Les gens (les personnes)

 

Efas  (se prononce AÏFASS) : La partie

 

Efas Osu (se prononce AÏFASS OSSOU) :  Pour la première partie

 

Efas Bee (se prononce EFASS BAÏ) : Pour la seconde partie

 

Efas Lala : Pour la troisième fois

 

Efas Nyina (se prononce NINA) : Pour la quatrième partie

 

 

Repost 0
Published by NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 23:48

Ma kobo Ewondo Asu bod Bama

Je parle la langue Ewondo pour les miens

 

 

Ma  :  Moi (Je)

Kobo (se prononce QUOBO) : parle (verbe parler)

Azak  :  Qu'il vienne (qu'elle vienne)

Nda   :  La maison

Nda dzoe  :  Ta maison

Nda Zamba :  La maison de Dieu

Zamba  :  Dieu

Asu (se prononce ASSOU) : pour

 

Assu (se prononce également ASSOU)  :  le visage (la figure)

Assob  : lave (laver)

 

Massob  :  je lave

 

Massoben  :  je me lave (je me douche; je prends un bain)

 

Anton Christian Label Ngongo Ottou  atil biem bi ewondo asu babenyan boe : Antoine Christian Label Ngongo Ottou écrit ces choses en langue Ewondo pour ses frères (ses frères englobant filles et garçons de toutes races et cultures)

 

Atil :  Il (elle) écrit

 

Biem : Choses (objets)

 

Biem bi : Ces choses

 

Babenyan (se prononce BABENIAN)  :  Frères (soeurs; ses frères et soeurs)

 

Boe : les siens

 

Ntsogan (se prononce ANTSOGAN) :  Souvenirs

 

Dzala :  Remplir

Salut!: mbolo.

Bonjour : mbëmbë amos

Bonjour (réponse) : amos mbën.

Tu vas bien? : onë mvoè.

Oui, je vais bien: owé mene mvoè. 

 

A table !

 

 

 

Bon appétit: mbamba zam .

La nourriture : bidi.

J'aime la nourriture, j'aime ce que je mange : ma ding

bidi.

La cuillère :tok.

L'assiette : esoa.

Les assiettes : bisoa.

Le poulet : kub.

Le couteau : okëñ.

Le poisson : kòs.

J'ai soif: mawog évé.

J'ai faim: mawog zié.

J'ai l'appétit : mawog zàm.

L'eau : mendim.

Les pommes de terre : metoda.

Le sel : nku.

L'arachide : owondo.

Le lait : menyañ.

 

 

La famille

 

 

Mon enfant: mòn wóm.

Mes enfants : bòn bam

Mon père: Esya wóm.

Ma mère : mya wóm.

Le village : dzal.

Le mari : nnom.

Mon mari : nnom wóm.

Repost 0
Published by NGONGO - dans ewondo
commenter cet article
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 16:00

 Je diffuse le courrier de mon père sur mon blog à sa demande. Il a été choqué des réactions du gouvernement et des récentes positions de notre président. C'est bien triste tout ce qui se passe, car nos dirigeants semblent oublier d'ou nous venons et ce qui a créé et organisé notre pays.

 

D'ou la réaction de mon père est une réponse naturelle à ce qui le met en colère et le contrarie.

 

 

J’AI HONTE D’ETRE FRANÇAIS

Je suis français de souche, comme disent certains, et, jusqu’à ces derniers temps, j’étais relativement fier de l’être. Toutefois, depuis que Nicolas Sarkozy a pris le pouvoir, cette fierté en déjà avait pris un sérieux coup et, de plus en plus, à chaque fois que, avec sa soi-disant parole de vérité qui n’est en fait que la langue de bois du populisme, il donne des coups de boutoir contre les étrangers ou les  « français d’origine étrangère », selon cette dénomination bizarre.

Mais le dernier sondage qui montrerait qu’une large majorité de mes congénères s’alignent sur les thèses racistes du président, lesquelles rejoignent, voire dépassent celles de Lepen, a franchi pour moi la cote d’alerte : une fois de plus,- car ce n’est pas la première fois – j’ai honte d’être français.

Je pensais que notre pays qui, depuis les vagues de huns et autres barbares déferlant sur notre Gaule jusqu’aux italiens, aux portuguais, aux hongrois et autres européens du centre, s’est construit par l’apport incessant de sang neuf et de culture étrangère était capable de continuer à accueillir largement ceux que, pour des raisons diverses, notre pays fascine. Ce repli identitaire sur soi, cet esprit de discrimination entre les différentes générations d’étrangers naturalisés français me convainquent, une fois de plus, que notre glorieuse civilisation occidentale est sérieusement malade ; les tendances xénophobes triomphent malheureusement dans de nombreux pays d’Europe sous divers aspects : que le soit les cris de singe sur les stades de foot-ball, les expulsions de roms ou de sans papier, les contrôles policiers au faciès, les discriminations insidieuses à l’emploi ou au logement…

 

Je crois qu’avec cet état d’esprit notre belle civilisation, si fière de ses conquêtes et de ses prouesses scientifiques et techniques, est en train d’abdiquer son passé glorieux de liberté, égalité, fraternité, et de creuser sa propre tombe tandis que d’autres peuples plus jeunes, plus dynamiques et plus ouverts s’empresseront de la remplacer.

 

Jean-Louis MAROLLEAU

 

Repost 0
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 15:42

Ba kobo Ewondo : Ils (elles) parlent la langue Ewondo

 

  

  

Bya (se prononce BIA)  yege Ewondo :  Nous apprenons l'Ewondo

  

Ma : Moi, Je

  

Wa :  Toi, Tu

 

Zamba :  Dieu

Anga tob  :  Il (elle) a pris (choisi)

 

Zamba anga tob  :  Dieu a choisi

 

Zamba anga tob ma  :  Dieu m'a choisi

 

A nyian woe  :  De sa (propre) volonté

 

Asu (se prononce ASSOU) ye na  :  pour que

 

Mebo  : Que je sois " fasse " 

 

Man Apostel :

un apôtre

 

 

Madzan  : un frère

 

Aï madzan  : avec un frère

 

Abe Nda   : dans la maison

 

Abe Nda Zamba  : dans l’Eglise " la maison de Dieu ", "dans la mosquée", "dans la synagogue"

 

Ya Nnam America  : Aux Etats Unis

 

 

Ya Korinti  :A Corinthe

 

Matil    : J’écris

 

Matil e mina  : Je vous écris

 

Ya: que 

Mina  : Vous

 

Ya minga duban abe Yesu Kristu : Ceux qui ont été baptisés de l'Esprit Saint

Mfufub (se pononce MFOUFOUB) : Les saints, les anges

Mina beyebe ya Nti: Ceux qui croient en Dieu (au Seigneur)

 

Anga yi na mibo mfufub ayon  : appelés à être tous des saints

 

Abaman ): Il mélange

 

Bod  : les gens "les personnes"

 

Bese : Tous

 

Aï bod bese fo

: Avec tous les hommes (se prononce BE_CE)  : 

 

Repost 0
Published by NGONGO - dans ewondo
commenter cet article

Articles Récents

Liens